mardi 3 décembre 2019

Rejoignez-nous sur Facebook

Géoclimat a investi le réseau Facebook depuis le 26 janvier 2015 !
Rejoignez-nous et abonnez-vous pour recevoir nos publications, découvrir jour après jour une sélection d’infos sur l’actualité météo dans le monde et bien d’autres choses.


Records nationaux de température (mensuels et absolus) en 2019

Bilan provisoire au 4 décembre 2019 des records enregistrés à l’échelle d’un territoire national (territoires indépendants et autonomes compris) ou d’un territoire d’outre-mer, et autres faits marquants

Record absolu de chaleur   /   Record mensuel de chaleur   /   Record absolu de froid   /   Record mensuel de froid


Janvier
1 – GUINÉE ÉQUATORIALE : 34,5°C le 3 janvier à Malabo Airport (valeur à confirmer)
2 – MICRONÉSIE : 35,0°C le 17 janvier à Nukuoro Atoll (État de Pohnpei) (record mensuel national égalé)
3 – CHRISTMAS ISLAND (Territoire extérieur australien) : 31,6°C le 19 janvier à Christmas Island Airport
      [NB. – Le record absolu officiel de 31,8°C enregistré le 30/11/1981 n’est pas fiable, car vraisemblablement
      surestimé, tout comme les données de l’ancienne station de Rocky Point.
]

4 – PALAOS : 33,9°C le 23 janvier à Peleliu (record mensuel national égalé)
5 – ANGOLA : 38,7°C le 24 janvier à Namacunde
6 – PARAGUAY : 44,1°C le 24 janvier à Radio Pai Puku [44,0°C le 26 janvier à Mariscal Estigarribia]
7 – RÉUNION (France) : 37,0°C le 25 janvier à Pointe des Trois-Bassins

NB
8 – Tn de -0,4°C le 10 janvier à Valdivia (39°S, Chili) = c’est la première fois que l’on mesure une température
       négative au niveau de la mer dans le monde en dessous de 40° de latitude au cœur de l’été (en juillet dans
       l’hémisphère nord et en janvier dans l’hémisphère sud)

9 – 49,1°C le 23 janvier à Red Rocks Point (Australie-Occidentale, station située à 70 m de l’océan)
      = plus haute température enregistrée dans le monde aussi proche de l’océan
      [On exclut ici la station de Whyalla-Norrie (Australie-Méridionale) située dans un golfe et pas directement au bord
      de l’océan, dont le record absolu de chaleur est de 49,4°C le 02/01/1960 ; on exclut également, dans
      l’hémisphère nord, l’aéroport de Doha (Oman) dans le golfe Persique (à moins de 500 m de la mer) avec un
      record de 50,4°C le 14/07/2010.
]

10 – 49,5°C le 24 janvier à Port Augusta AWS (Australie-Méridionale)
       = plus haute température enregistrée dans l’hémisphère sud pour une station côtière (qu’il s’agisse d’un

       océan, d’une mer, d’un golfe ou même d’un lac)
11 – ÉTAT DE VICTORIA (Australie) : 47,5°C le 25 janvier à Swan Hill
        [NB. – Le record de 50,7°C du 07/01/1906 à Mildura Post Office est exclu, car peu fiable.]

12 – 41,7°C le 25 janvier à Gobabis (1440 m, Namibie)
        = plus haute température enregistrée dans l’hémisphère sud à cette altitude

13 – Tn de 36,6°C le 26 janvier à Wanaaring [Borrona Downs AWS] (Australie, Nouvelle-Galles du Sud)
        [36,1°C à Moomba Airport (Australie-Méridionale) et 35,9°C le 18 janvier à Noona (Nouvelle-Galles du Sud)]
        = PLUS HAUTE TEMPÉRATURE MINIMALE EN AUSTRALIE ET DANS L’HÉMISPHÈRE SUD
        = RECORD MONDIAL DE LA PLUS HAUTE TEMPÉRATURE MINIMALE POUR UN MOIS DE JANVIER

14 – 40,1°C le 26 janvier à Lo Pinto (banlieue nord de Santiago, Chili) [39,3°C à Santaigo / Pudahuel Airport et
        38,3°C à Santiago / Quinta Normal] = record absolu pour l’agglomération de Santiago

15 – Región de Valparaíso (Chili) : 42,5°C le 26 janvier à Santa María
16 – Región Metropolitana (Chili) : 41,9°C le 26 janvier à Huechún
17 – Región del Libertador General Bernardo O’Higgins (Chili) : 41,2°C le 26 janvier à Marchigüe
18 – ILLINOIS (États-Unis) : -38,9°C le 31 janvier à Mount Carroll (COOP station) (record officiel)
                                              -38,9°C le 31 janvier à Roscoe (CWOP station) (record non officiel)
                                              [-37,8°C à Morrison (COOP station)]



Février
19 – ÎLES MARSHALL : 33,3°C les 2 et 16 février à Utirik Atoll (record mensuel national égalé)
20 – GUYANA : 36,6°C le 13 février à Lethem (record mensuel national égalé)
21 – CHILI : 42,4°C le 15 février à Traiguén [41,6°C le 3 février à Renaico]
                     = record absolu pour la Región de la Araucanía
                     [39,8°C le 3 février à Mariquina = record absolu pour la Región de Los Ríos]
                     [37,9°C le 4 février à Río Negro = record absolu pour la Región de Los Lagos]
                     [37,4°C le 3 février à La Junta = record absolu pour la Región de Aysén del Gral. C. Ibáñez del Campo]
                     [33,7°C le 4 février à La Estancia 5 de Enero = record absolu pour la
Región de Magallanes y de la
                    
Antártica Chilena pour le réseau secondaire ;
                     32,2°C le 4 février à Fuentes Martínez / Porvenir Aéroport (53°25’S) = record absolu pour la
Región de
                     Magallanes y de la
Antártica Chilena pour le réseau officiel ; c’est aussi la première fois que les 32°C
                     sont atteints à une latitude aussi élevée dans l’hémisphère sud
]
                     [29,7°C le 4 février à Pampa Guanaco Airport (Terre de Feu) (54°05’S, Región de Magallanes y de la
                     Antártica Chilena) = plus haute température jamais enregistrée aussi haut en latitude dans
                     l’hémisphère sud
]

22 – ANGOLA : 41,0°C le 18 février à Espinheira
23 – ÉCOSSE (Royaume-Uni) : 18,3°C le 21 février à Aboyne [18,2°C le 27 février]
24 – DANEMARK : 15,8°C* le 26 février à Aarhus Airport / Tirstrup (record mensuel national égalé officiellement)
        [* NB. – On note toutefois dans les archives climatologiques nationales une valeur supérieure de 15,9°C le
        28 février 1959 à Udbyhøj et à Hofmansgave (près d’Otterup).
]

25 – PAYS DE GALLES (Royaume-Uni) : 20,8°C le 26 février à Porthmadog [20,6°C le 25 février à Trawsgoed]
26 – ROYAUME-UNI et ANGLETERRE : 21,2°C le 26 février à Kew Gardens (Angleterre)
                                                                  [20,8°C à Northolt (Angleterre)]

27 – SUÈDE : 16,7°C le 26 février à Karlshamn
28 – ANDORRE : 26,1°C le 27 février à Borda Vidal (873 m) [22,9°C le 26 février]
                             22,7°C le 27 février à La Margineda - FEDA (959 m)

29 – BELGIQUE : 22,4°C le 27 février à Angleur [22,1°C à Hastière et 22,0°C à Dourbes]
30 – GUERNESEY : 16,1°C le 27 février à Guernsey Airport [15,6C le 25 février]
31 – JERSEY : 18,3°C le 27 février à Maison St Louis Observatory
                         [17,5°C le 26 février, 17,1°C le 25 février et 16,9°C le 24 février]

32 – LUXEMBOURG : 22,5°C le 27 février à Remich
33 – PAYS-BAS : 20,5°C le 27 février à Arcen AWS
34 – AUTRICHE : 24,2°C le 28 février à Güssing et à Deutschlandsberg
35 – HONGRIE : 23,5°C le 28 février à Sárvár
36 – SAINT-MARIN : 20,3°C le 28 février à Chiesanuova (record mensuel national égalé)
37 – SLOVAQUIE : 20,6°C le 28 février à Hurbanovo et à Žihárec
38 – SLOVÉNIE : 24,1°C le 28 février à Gačnik

NB
39 – Province de Terre de Feu (Argentine) : 30,8°C le 4 février à Río Grande / Base aérienne (53°48’S)
        = plus haute température jamais enregistrée aussi haut en latitude dans l’hémisphère sud

40 – Île des Lions de mer (îles Malouines [Falkland Islands]) : 21,7°C le 5 février à Sea Lion Island
41 – Amplitude thermique diurne de 45,9°C le 5 février à la Dolina Campoluzzo (1768 m, Italie) [-37,9°C / +8,0°C]
        = record absolu en Europe [précédent record : 45,8°C le 08/03/2011 à Busa Nord di Fradusta (2607 m, Italie)]
42 – HAWAÏ (États-Unis) : -12,8°C le 11 février à la station IRTF (NASA Infra-Red Telescope Facility) au sommet
        du Mauna Kea

43 – Comté de Oppland (Norvège) : 13,3°C le 15 février à Bjorli
44 – Comté de Sogn og Fjordane (Norvège) : 15,5°C le 23 février à Bremanger-Svelgen
45 – Département du Finistère (France) : 21,0°C le 24 février à Pleyber-Christ
46 – Comté de Aust-Agder (Norvège) : 18,7°C le 26 février à Landvik (record à confirmer)
47 – Comté de Hordaland (Norvège) : 15,7°C le 26 février à Etne [14,8°C le 15 février]
48 – Comté de Rogaland (Norvège) : 14,2°C le 26 février à Stavanger-Våland
49 – Département du Gard (France) : 25,7°C le 28 février à La Rouvière


Mars
50 – ÎLES MARSHALL : 33,3°C les 7, 12 et 13 mars à Utirik Atoll (record mensuel national égalé)
51 – KENYA : 41,0°C les 9 et 15 mars à Mandera
52 – AUSTRALIE : 48,1°C le 10 mars à Roebourne Airport (Australie-Occidentale)
        = RECORD MONDIAL DE CHALEUR POUR UN MOIS DE MARS

53 – ANGOLA : 41,6°C le 22 mars à Espinheira [41,1°C le 27 mars]
54 – INDE : 46,9°C le 25 mars à Kapde [46,7°C le 26 mars à Matheran] (stations du réseau secondaire Skymet)
        = record mensuel national non officiel    
        = RECORD MENSUEL DE CHALEUR (non officiel) POUR LE CONTINENT ASIATIQUE
55 – TOGO : 43,5°C le 28 mars à Mango (record national absolu fiable)
56 – ÎLES MARIANNES DU NORD (États-Unis) : 32,2°C le 31 mars à Saipan International Airport
       
(record mensuel du territoire égalé)

NB
57 – TASMANIE (Australie) : 40,1°C le 2 mars à Dover
        = plus haute température observée à une latitude aussi élevée dans l’hémisphère sud au mois de mars
        (précédent record : 40,0°C le 09/03/2003 à Trelew [Argentine] par 43°12’ de latitude S)

58 – MONTANA (États-Unis) : -43,3°C le 4 mars à Elk Park
59 – TERRITOIRE DU NORD (Australie) : 44,8°C le 11 mars à Yulara [Uluru/Ayers Rock]
60 – TERRITOIRES DU NORD-OUEST (Canada) : 21,8°C le 19 mars à Yohin Lake


Avril
61 – MAYOTTE (France) : 35,2°C le 1er avril à Mtsamboro
62 – ANGOLA : 41,4°C le 2 avril à Espinheira
63 – MAURICE : 35,0°C le 3 avril à Medine (date à confirmer)
64 – TOGO : 43,5°C le 4 avril à Mango (record national absolu [fiable] égalé)
65 – ÎLES GLORIEUSES (îles Éparses de l’océan Indien, TAAF) : 34,4°C le 5 avril à Grande Glorieuse
66 – TAÏWAN : 40,0°C le 10 avril à Jinlun [38,9°C le 25 avril à Dawu]
67 – KENYA : 41,6°C le 20 avril à Mandera
68 – VIETNAM : 43,4°C le 20 avril à Hương Khê [43,0°C à Tuyên Hóa]
69 – ÉTHIOPIE : 0,0°C le 28 avril à Negele et le 10 avril à Adwa (record à confirmer)

NB
70 – Tn de 31,1°C le 7 avril à Mango (Togo) = plus haute température minimale au Togo
71 – État de OAXACA (Mexique) : 46,0°C le 13 avril à Río Manso Lalana (record absolu de l’État égalé)
72 – AUSTRALIE-OCCIDENTALE (Australie) : 9,2°C le 19 avril à Rocky Gully = plus basse Tx pour un mois d’avril
73 – Région autonome de Bangsamoro (Philippines) : 38,7°C le 28 avril à Cotabato
74 – Comté [région] de Trøndelag (Norvège) : 23,4°C le 28 avril à Frosta [23,3°C à Værnes-Trondheim Airport]
75 – Comté de Telemark (Norvège) : 25,7°C le 29 avril à Gjerpen
76 – -1,2°C le 30 avril à Summit (3202 m, Groenland) = record mensuel de douceur à la station


Mai
77 – KENYA : 39,0°C le 2 mai à Lodwar
78 – INDONÉSIE : 37,4°C le 3 mai à Banda Aceh / Blangbintang
79 – TERRES AUSTRALES ET ANTARCTIQUES FRANÇAISES : 33,4°C le 6 mai à Grande Glorieuse
        (îles Glorieuses, îles Éparses de l’océan Indien)

80 – NIGER : 47,5°C le 7 mai à Tillabéry
81 – SYRIE : 45,0°C le 17 mai à Hassakah (Tx partielle relevée à 12h UTC)
82 – TONGA : 33,2°C le 18 mai à Niuafoou
83 – LAOS : 42,0°C* les 19 et 20 mai à Luang Prabang (* Tx partielle relevée le 19 mai à 8h et 9h UTC)
       
[Le record national a potentiellement été battu le 19 mai !]

84 – VIETNAM : 42,8°C le 20 mai à Con Cuông
85 – ISRAËL : 47,5°C le 23 mai à Argaman (record mensuel national [fiable] égalé)
86 – JAPON : 39,5°C le 26 mai à Saroma [= record absolu pour l’île de Hokkaido]
87 – CHYPRE : 42,1°C le 29 mai à Athalassa
88 – TURQUIE : 42,8°C le 30 mai à Kırıkhan (valeur à confirmer)

NB
89 – État de QUERÉTARO (Mexique) : 45,0°C le 21 mai à Jalpan de Serra
90 – HAWAÏ (États-Unis) : 35,6°C le 22 mai à Kahului Airport
91 – QUEENSLAND (Australie) : -6,9°C le 31 mai à Stanthorpe / Leslie Parade (784 m)


Juin
92 – INDE : 50,8°C le 1er juin à Churu
93 – TONGA : 33,6°C le 2 juin à Niuafoou
94 – NAMIBIE : 39,8°C le 8 juin à Walvis Bay Airport
       
= record mensuel pour toute l’Afrique de l’hémisphère austral
95 – LITUANIE : 35,7°C le 12 juin à Kaišiadorys
96 – SÉNÉGAL : 47,8°C le 16 juin à Podor et le 25 juin à Matam
97 – QATAR : 49,3°C le 17 juin à Umm Said
98 – CHILI : 36,6°C le 19 juin à Jotabeche [station agrométéorologique]
99 – LAOS : 41,0°C le 22 juin à Luang Prabang 
100 – VIETNAM : 43,2°C le 22 juin à Con Cuông [43,0°C à Quỳ Hợp]
101 – JAMAÏQUE : 39,1°C le 22 juin à Shortwood Teacher’s College [38,5°C à New Forrest et 38,1°C à Santa Cruz]
102 – POLOGNE : 38,2°C le 26 juin à Radzyń
103 – RÉPUBLIQUE TCHÈQUE : 38,9°C le 26 juin à Doksany [38,8°C le 30 juin à Dobřichovice]
104 – LUXEMBOURG : 36,8°C le 26 juin à Pétange
105 – ANDORRE : 39,4°C le 28 juin à Borda Vidal (873 m)
106 – FRANCE : 46,0°C le 28 juin à Vérargues
                            [45,9°C le 28 juin à Gallargues-le-Montueux, 45,4°C à Villevieille et 45,1°C à Marsillargues]
                            46,1°C le 28 juin à Le Triadou [station privée non officielle, réseau StaIC]

107 – SAINT-BARTHÉLEMY (France) : 35,0°C le 30 juin à Gustavia
108 – ALLEMAGNE : 39,6°C le 30 juin à Bernburg/Saale = record absolu pour le Land de la Saxe-Anhalt
                                   [39,3°C le 30 juin à Francfort-sur-le-Main… 38,6°C le 26 juin à Coschen et à Bad Muskau]

109 – LIECHTENSTEIN : 37,1°C le 30 juin à Balzers 
110 – SUISSE : 37,0°C le 30 juin à Sion
                          38,2°C les 25 et 30 juin à Steg et le 27 juin à Ackersand [stations privées non officielles]

111 – CUBA : 39,1°C le 30 juin à Veguitas

NB
112 – Région de MIMAROPA (Philippines) : 39,2°C le 3 juin à San Jose
113 – -6,0°C le 6 juin à Villaceid (1026 m, Espagne) [station ACAMET, non officielle, hors réseau national AEMET]
          = température la plus basse enregistrée au mois de juin en Espagne en dessous de 1200 m d’altitude

114 – Tn de 28,8°C le 13 juin à Nukunonu (Tokelau, Territoire dépendant du royaume de Nouvelle-Zélande)
          = égale la plus haute température minimale pour un mois de juin dans l’hémisphère sud

115 – CORSE (France) : 40,1°C le 14 juin à Ajaccio
         = Tx > 40°C la plus précoce en France métropolitaine et un record national pour une première quinzaine de juin

116 – Tn de 28,9°C le 15 juin à Funafuti (Tuvalu)
          = plus haute température minimale pour un mois de juin dans l’hémisphère sud

117 – AUSTRALIE-OCCIDENTALE : -6,2°C le 20 juin à Eyre
118 – 24,8°C le 28 juin à 850 hPa (~1500 m) au-dessus de Camborne (Angleterre) [radiosondage de 0h UTC]
          = plus haute température enregistrée à ~1500 m d’altitude au-dessus du Royaume-Uni

119 – CATALOGNE (Espagne) : 43,9°C le 28 juin à Gérone
120 – 49,6°C le 28 juin à Yenbo (Arabie Saoudite) = record absolu pour la côte nord-occidentale de l’Arabie Saoudite


Juillet
121 – WALLIS-ET-FUTUNA : 31,9°C le 1er juillet à Maopoopo (Futuna)
122 – IRAN : 53,1°C le 2 juillet à Shahdad
123 – NAMIBIE : 40,6°C le 9 juillet à Walvis Bay Airport [39,2°C le 10 juillet]
          = record mensuel pour toute l’Afrique de l’hémisphère austral

124 – MAURICE : 31,0°C le 10 juillet à Medine (date à confirmer)
125 – ISRAËL : 49,9°C le 17 juillet à Sedom
126 – JORDANIE : 49,3°C le 17 juillet à Ghor El Safi (valeur relevée à 15h UTC ; Tmax censurée)
127 – HONG KONG (Chine) : 37,9°C le 18 juillet à Wetland Park (record mensuel du territoire égalé)
128 – GUADELOUPE (France) : 36,1°C le 19 juillet à Vieux-Habitants Gendarmerie
129 – JERSEY (Royaume-Uni) : 36,0°C le 23 juillet à Jersey Airport (record absolu du territoire égalé)
130 – ALLEMAGNE : 42,6°C* le 25 juillet à Lingen (* record officiel mais douteux !)
                                   41,1°C le 25 juillet à Duisburg-Baerl et à Tönisvorst
                                   [35,4°C le 24 juillet sur l’île de Norderney = record absolu pour une île en mer du Nord]

131 – BELGIQUE :  41,8°C le 25 juillet à Begijnendijk [41,6°C à Houyet, 41,4°C à Kapelle-op-den-Bos]
                                 40,7°C le 25 juillet à Beitem [40,6°C les 24 et 25 juillet à Kleine Brogel] (stations synoptiques)

132 – PAYS-BAS : 40,7°C le 25 juillet à Gilze-Rijen [40,6°C à Westdorpe AWS]
133 – LUXEMBOURG : 40,8°C le 25 juillet à Steinsel [40,7°C à Beetebuerg]
134 – ROYAUME-UNI : 38,7°C le 25 juillet à Cambridge University Botanic Garden (Angleterre)
                                      [38,1°C le 25 juillet à Cambridge (Angleterre)]
135 – FRANCE : 43,6°C le 25 juillet à Paris / Saint-Maur (record non officiel)
                            [42,6°C à Paris-Montsouris et à Chablis]

136 – NORVÈGE : 35,0°C le 27 juillet à Mosjøen Airport (record mensuel national égalé)
                               = record absolu pour le comté de Nordland
                              
[Le record de 35,6°C du 27 juillet à Laksfors a été invalidé par l’Institut météorologique norvégien]
137 – CHILI : 36,1°C le 30 juillet à Copiapó [station agrométéorologique]
138 – BONAIRE (Pays-Bas) : 34,9°C le 30 juillet à Flamingo Airport

NB
139 – Comté d’Oppland (Norvège) : -6,4°C le 3 juillet à Juvvasshøe (1894 m)
140 – Comté de Sør-Trøndelag (Norvège) : -4,5°C le 3 juillet à Storhornet (1550 m)
141 – Comté de Møre og Romsdal (Norvège) : -2,7°C le 3 juillet à Mannen (1294 m)
142 – 21,0°C le 14 juillet à Alert (82°30' N, Canada, Nunavut) = Tmax la plus élevée au-delà de 80° de latitude N
          [Tmax du 15 juillet censurée, après un minimum nocturne record de 15,2°C !]

143 – Tn de 30,2°C le 14 juillet à Tang-e Chenar (2223 m, Iran, province de Yazd)
          = record mondial de chaleur nocturne à cette altitude

          Tn de 31,1°C le 14 juillet à Taft (1630 m, Iran) = record mondial de chaleur nocturne à cette altitude
          Tn de 36,0°C le 15 juillet à Khor (842 m, Iran) = record mondial de chaleur nocturne à cette altitude
          Tn de 33,9°C le 15 juillet à Robat-e Karim (1234 m, Iran)
          = record mondial de chaleur nocturne à cette altitude

144 – COLORADO (États-Unis) : 46,1°C le 19 juillet à John Martin Dam (COOP station)
145 – Tmin nocturne de 26,2°C le 25 juillet à Weinbiet (Allemagne)
          = plus haute Tmin nocturne en Allemagne pour un mois de juillet

146 – Tn de 25,2°C le 25 juillet à Locarno-Monti (Suisse) [25,0°C à Lugano]
          = plus haute Tn nationale pour un mois de juillet (à 0,1°C du record national tous mois confondus)

147 – Tn de 25,6°C le 26 juillet à Deelen (Pays-Bas) = plus haute température minimale nationale
148 – Tmin nocturne de 20,9°C le 26 juillet à Achnagart (Écosse) = plus haute Tmin nocturne en Écosse
149 – Comté de Hordaland (Norvège) : 34,8°C le 26 juillet à Etne
150 – Comté de Rogaland (Norvège) : 34,6°C le 26 juillet à Sauda
151 – 18,9°C le 26 juillet à Juvvasshøe (1894 m, Norvège) = plus haute température en Scandinavie à cette altitude
152 – Tmin nocturne + Tn sur 24h de 26,1°C le 27 juillet à Sømna-Kvaløyfjellet (Norvège)
          = plus haute Tmin nocturne + Tn sur 24h en Norvège et un record pour toute la Scandinavie

153 – Comté de Sogn og Fjordane (Norvège) : 33,9°C le 27 juillet à Fjaerland-Bremuseet
154 – 14,4°C le 30 juillet à 850 hPa (~1500 m) au-dessus de Danmarkshavn (Groenland) [radiosondage 12h UTC]
          = plus haute température enregistrée à 1500 m d’altitude sur la côte nord-est du Groenland depuis 1950

155 – 36,1°C le 30 juillet à Copiapó Agromet. Stn (Chili)
          = seule station dans le monde (hors tropiques) à enregistrer son record absolu de chaleur en hiver



Août
156 – KENYA : 38,2°C le 6 août à Mandera
157 – TAÏWAN (Chine) : 39,9°C le 9 août à Kinmen-E
158 – ÎLES TURKS-ET-CAÏCOS (UK) : 34,0°C* les 10 et 17 août à Grand Turk International Airport / Cockburn
          (* valeur horaire)

159 – CAP-VERT : 36,5°C le 11 août à Praia
160 – SYRIE : 50,0°C* les 13 et 14 août à Hassakah (* valeur arrondie)
161 – WAKE ISLAND (atoll de Micronésie, États-Unis) : 36,6°C le 15 août à Wake Island Airfield
162 – NAMIBIE : 41,6°C le 16 août à Walvis Bay Airport
163 – WALLIS-ET-FUTUNA (France) : 32,3°C le 24 août à Maopoopo (Futuna Airport) [réseau principal]

NB
164 – Tn de 31,3°C le 15 août à Itoigawa (Japon) = plus haute température minimale au Japon
165 – Tn de 28,2°C le 15 août à Funafuti (Tuvalu)
         
= égale la plus haute température minimale pour un mois d’août dans l’hémisphère sud
166 – Tn de 30,5°C le 15 août à Mirador Sur / Santo Domingo (République dominicaine)
         
= plus haute température minimale en République dominicaine (record à confirmer)
167 – SVALBARD (Norvège) : -7,4°C le 23 août à Karl XII-øya


Septembre
168 – ÎLES TURKS-ET-CAÏCOS (UK) : 34,0°C* les 1er et 2 septembre à Providenciales Airport (* valeur horaire)
169 – BRUNEI : 36,9°C le 3 septembre à Brunei Airport
170 – NICARAGUA : 37,2°C le 3 septembre à León [36,9°C à Chinandega] 
171 – NIGER : 45,2°C le 4 septembre à Bilma
172 – OMAN : 47,5°C le 8 septembre à Sunaynah [47,4°C les 8 et 9 septembre à Fahud]
173 – GUADELOUPE (France) : 36,6°C le 9 septembre à Vieux-Habitants Gendarmerie (record absolu égalé)
174 – SABA (Pays-Bas) : 33,5°C le 12 septembre à Juancho Yrausquin Airport
175 – COLOMBIE : 42,4°C le 12 septembre à Natagaima (record mensuel national égalé, valeur à confirmer)
176 – LAOS : 37,0°C le 13 septembre à Luang Prabang (record mensuel national [fiable] égalé)
177 – PARAGUAY : 43,8°C le 16 septembre à Nueve Lunas [43,4°C à Neuland et 43,0°C à Mariscal Estigarribia]
178 – BRÉSIL : 43,5°C le 17 septembre à Poxoréo (valeur à confirmer)
                          = record absolu pour l’État du Mato Grosso
                          [42,9°C le 15 septembre à Coxim = record mensuel pour l’État du Mato Grosso do Sul]
179 – KENYA : 39,7°C le 25 septembre à Mandera
180 – ÎLES SALOMON : 34,5°C le 29 septembre à Honiara International Airport
181 – COMORES : 34,0°C le 29 septembre à Hahaya International Airport
182 – MAROC* : 45,2°C le 30 septembre à Agadir-Al Massira Airport (record mensuel national égalé)
          = plus haute température enregistrée au Maroc et en Afrique du Nord après un 26 septembre

          [* territoire du Sahara occidental exclu]
183 – WAKE ISLAND (îles mineures éloignées des États-Unis) : 35,3°C le 30 septembre à Wake Island Airport
184 – JAMAÏQUE : 37,0°C le 30 septembre à Montego Bay / Sangster International Airport

NB
185 – AUSTRALIE-OCCIDENTALE : -5,5°C le 6 septembre à Salmon Gums Research Station
                                                            -5,5°C le 8 septembre à Eyre

186 – ARCHIPEL DES KOURILES (Russie) : 27,3°C le 10 septembre à Yuzhno-Kurilsk
187 – HAWAÏ (États-Unis) : 36,1°C le 16 septembre à Kahului Airport (Maui)
188 – 49,0°C le 18 septembre à Dehloran (Iran)
          = record mondial de chaleur pour la 2e quinzaine de septembre

189 – 45,1°C le 26 septembre à Reggane (Algérie) (valeur relevée à 15h UTC ; Tmax non communiquée)
          = Tmax > 45°C la plus tardive en Algérie

190 – 31,0°C le 29 septembre à Hamheung (Corée du Nord) = Tmax de 31°C la plus tardive en Corée du Nord
191 – 47,4°C le 29 septembre à Sulaibiya (Koweït) = record national pour la 3e décade de septembre
192 – 31,9°C le 30 septembre à Zamyn-Uud (965 m, Mongolie) = record national pour la 3e décade de septembre


Octobre
193 – MICRONÉSIE : 35,6°C le 1er octobre à Nukuoro Atoll et le 31 à Mwoakilloa (record mensuel national égalé)
194 – HONG KONG (Chine) : 36,7°C le 1er octobre à Tai Mei Tuk
195 – MONGOLIE : 31,1°C le 1er octobre à Hanbogd (914 m) [29,0°C à Dalanzadgad (1465 m) !]
          = Tmax > 30°C la plus tardive en Mongolie

196 – MAROC : 42,6°C le 1er octobre à Guelmin [42,5°C à Taroudant (à 15h UTC ; Tmax non communiquée)]
197 – QATAR : 44,2°C le 2 octobre à Abu Samra
                         [44°C les 1er et 2 octobre à Turayna et à Karanah, 44°C le 3 octobre à Abu Hamor (valeur arrondie)]

198 – CORÉE DU NORD : 31,4°C le 3 octobre à Huichon
199 – WAKE ISLAND (îles mineures éloignées des États-Unis) : 35,8°C le 3 octobre à Wake Island Airport
200 – KOWEÏT : 47,6°C le 3 octobre à Al-Wafra [46,6°C le 1er octobre à Mitribah et 46,8°C le 3 octobre à Sulaibiya]
          = RECORD MENSUEL DE CHALEUR POUR L’HÉMISPHÈRE NORD
             (2e Txx en octobre à l’échelle mondiale)
         
= plus haute température enregistrée dans l’hémisphère nord après un 29 septembre
201 – CHINE : 38,9°C le 4 octobre à Shitai (record mensuel national égalé)
202 – SABA (Pays-Bas) : 32,4°C le 15 octobre à Juancho Yrausquin Airport [32,3°C le 6 octobre]
203 – ÎLES MALOUINES [FALKLAND ISLANDS] (Territoire britannique d’outre-mer) : 23,8°C le 20 octobre à
          Mount Pleasant Airport

204 – GÉORGIE DU SUD-ET-LES ÎLES SANDWICH DU SUD (Territoire britannique d’outre-mer) : 20,2°C le
          21 octobre à Grytviken (Tx partielle à 16h UTC)

205 – MYANMAR : 41,2°C le 24 octobre à Chauk [40,5°C le 21 octobre (Tx partielle à 9h UTC) et 40,1°C le 22] 
206 – THAÏLANDE : 38,5°C le 24 octobre à Pathum Thani
                                 [38,1°C le 24 et 38,0°C le 23 octobre à Uttaradit, 38,0°C le 24 octobre à Phetchabun]

207 – MOZAMBIQUE : 46,7°C le 28 octobre à Massangena = plus haute Tmax nationale depuis décembre 1944
208 – ZIMBABWE : 45,9°C le 28 octobre à Buffalo Range (Tx partielle à 12h UTC) [45,6°C à Beitbridge]
209 – BOTSWANA : 43,0°C le 28 octobre à Baines Drift
210 – MALAWI : 45,0°C le 29 octobre à Ngabu [date à confirmer] (record mensuel national égalé)
211 – ÉTATS-UNIS CONTIGUS (hors Alaska ET hors dolines) : -36,7°C le 30 octobre à Daniel Fish Hatchery (WY)
          ÉTATS-UNIS CONTIGUS (hors Alaska) :
-43,4°C le 30 octobre à Peters Sinks (2488 m, Utah)


NB
212 – ALABAMA (États-Unis) : 41,1°C le 3 octobre à Manchester
                                                  [40,6°C les 1er, 2 et 3 octobre à Marion / Vaiden Field Airport]

213 – MARYLAND (États-Unis) : 38,3°C le 2 octobre à St Inigoes / Webster NOLF Airport
214 – DELAWARE (États-Unis) : 36,7°C le 2 octobre à Wilmington Airport
215 – DISTRICT DE COLUMBIA (États-Unis) : 36,7°C le 2 octobre à Washington DC
216 – NEW JERSEY (États-Unis) : 36,1°C le 2 octobre à Millville / Municipal Airport (record mensuel de l’État égalé)
217 – NEW YORK (États-Unis) : 35,0°C le 2 octobre à La Guardia et à JFK Airports (record mensuel de l’État égalé)
218 – MISSISSIPPI (États-Unis) : 40,0°C le 3 octobre à Columbus [38,9°C le 2 octobre]
                                                      [38,9°C les 2 et 3 octobre à Meridian Regional Airport (Key Field)]

219 – TENNESSEE (États-Unis) : 37,8°C les 2 et 3 octobre à Chattanooga / Lovell Airport et le 2 octobre à Dayton
                                                       [40,0°C le 4 octobre à Woodbury 1 WNW = valeur suspecte]

220 – FLORIDE (États-Unis) : 38,3°C le 3 octobre à Crestview / Bob Sikes Airport
221 – CAROLINE DU SUD (États-Unis) : 40,6°C les 3 et 4 octobre à Pelion 0.8 NW [39,4°C le 2] (record à confirmer)
222 – KENTUCKY (États-Unis) : 39,4°C les 3 et 4 octobre à Nolin River Lake
223 – GÉORGIE (États-Unis) : 39,4°C le 4 octobre à Macon / Lewis Wilson Airport (record mensuel de l’État égalé)
224 – VIRGINIE (États-Unis) : 38,9°C le 4 octobre à South Boston
225 – Tn de 28,6°C le 7 octobre à Minamitorishima (Japon) = plus haute Tn nationale pour un mois d’octobre
226 – Tn de 33,8°C le 15 octobre à Sedom (Israël) sur 24h glissantes [33,0°C sur la journée calendaire (0h-24h loc.)]
          = record mondial de la plus haute température minimale sur 24h pour un mois d’octobre

227 – TOBAGO (Trinité-et-Tobago) : 34,8°C le 16 octobre à Tobago International Airport
228 – ÎLES COCOS (Myanmar) : 36,6°C le 21 octobre à Great Coco Island Airport [35,7°C les 16 et 19 octobre]
229 – 33,1°C le 22 octobre à Ajaccio Airport (Corse, France) = record national pour la 3e décade d’octobre
230 – 31,5°C le 22 octobre à Gevgelija (République de Macédoine) = record national pour la 3e décade d’octobre
231 – 21,4°C le 22 octobre à Varena (Lituanie) = record national pour la 3e décade d’octobre
232 – 19,2°C le 22 octobre à Daugavpils (Lettonie) = record national pour la 3e décade d’octobre
233 – SULAWESI (Indonésie) : 39,0°C le 22 octobre à Makassar Airport [Ujung Pandang / Hasanuddin Airport]
234 – 26,9°C le 23 octobre à Vaduz (Liechtenstein) = record national pour la 3e décade d’octobre
235 – 29,1°C le 24 octobre à Körösszakál (Hongrie) = record national pour la 3e décade d’octobre
236 – 27,3°C le 24 octobre à Kráľová pri Senci (Slovaquie) = record national pour la 3e décade d’octobre
237 – 26,9°C le 24 octobre à Przemyśl (Pologne) = record national égalé pour la 3e décade d’octobre
238 – ÎLE EUROPA (îles Éparses de l’océan Indien, TAAF) : 34,3°C le 27 octobre sur l’île Europa (valeur à confirmer)
239 – CALIFORNIE (États-Unis) : -26,1°C le 29 octobre à Bridgeport [-25,0°C le 30 octobre à Bodie]
         
[NB : -28,9°C le 29/10/1961 à 3800 m d’altitude (station de recherche) en aval de White Mountain Peak] 
240 – UTAH (États-Unis) : -43,4°C le 30 octobre à Peters Sinks (2488 m) [doline d’altitude]
                                           -29,4°C le 30 octobre à Randolph

241 – WYOMING (États-Unis) : -36,7°C le 30 octobre à Daniel Fish Hatchery [-36,1°C le 30 à Rock River]
242 – IDAHO (États-Unis) : -27,8°C le 30 octobre à Island Park
243 – NEBRASKA (États-Unis) : -26,7°C les 30 et 31 octobre à Harrison 9 NE
244 – NEVADA (États-Unis) : -26,7°C le 30 octobre à Austin
245 – OKLAHOMA (États-Unis) : -17,8°C le 31 octobre à Kenton (1322 m)
246 – TEXAS (États-Unis) : -14,4°C le 31 octobre à Stratford 4 WNW


Novembre
247 – MYANMAR : 41,2°C les 1er et 4 novembre à Chauk [valeur suspecte]
          = RECORD MENSUEL ÉGALÉ POUR LE CONTINENT ASIATIQUE

248 – SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON (France) : 15,1°C le 1er novembre à Saint-Pierre
249 – HAÏTI : 35,0°C les 6 et 7 novembre à Port-au-Prince Airport AWS (record mensuel national égalé)
250 – SYRIE : 34,0°C le 8 novembre à Lattaquié [Latakia]
251 – MARTINIQUE (France) : 34,5°C le 13 novembre à Fort-de-France / Pointe des Nègres (valeur à confirmer)
252 – TUVALU : 34,8°C le 15 novembre à Nui
253 – RÉUNION (France) : 34,8°C le 22 novembre à Pointe des Trois-Bassins
254 – ANTIGUA-ET-BARBUDA : 33,7°C le 22 novembre à V. C. Bird International Airport (Antigua)
255 – COMORES : 36,0°C le 23 novembre à Hahaya International Airport (record national égalé)
256 – AFRIQUE DU SUD : 47,5°C le 27 novembre à Vioolsdrif [50,1°C le 28 novembre = valeur surestimée, écartée]
          = record mensuel pour l’Afrique australe

257 – NAMIBIE : 46,2°C le 27 novembre à Noordoewer (Tx partielle relevée à 17h)
258 – THAÏLANDE : 38,5°C le 28 novembre à Laem Chabang
          [NB. – Le record supposé de 38,8°C le 12/11/2009 à Bangkok est erroné et donc écarté.]

259 – LIBERIA : 35,0°C le 28 novembre à Monrovia / Roberts International Airport

NB
260 – ÎLES COCOS (Myanmar) : 35,8°C le 1er novembre à Great Coco Island Airport
261 – 34,6°C le 3 novembre à Kawerau (Nouvelle-Zélande) = Tmax > 33°C la plus précoce en Nouvelle-Zélande
262 – -21,7°C le 13 novembre à Watertown International Airport et à Gouverneur 3 NW (États-Unis, New York)
          = Tmin < -21,5°C la plus précoce dans l’État de New York

263 – MAROC : -10,4°C le 17 novembre à Ifrane (1664 m) = record mensuel national depuis 1960
          [NB : des Tmin inférieures ont été enregistrées à Ifrane et Oussikis avant 1960]



Décembre
264 – INDONÉSIE : 39,0°C le 1er décembre à Bima (valeur à confirmer)
265 – ISLANDE : 19,7°C le 3 décembre à Kvísker [19,0°C à Bakkagerði]

NB
266 – AUSTRALIE : Tmax de -1,0°C le 2 décembre à Thredbo (Nouvelle-Galles du Sud)
          = plus basse Tmax en Australie pour un mois de décembre



jeudi 31 octobre 2019

Contrastes thermiques exceptionnels aux États-Unis en octobre 2019

Les États-Unis ont connu un mois d’octobre 2019 particulièrement singulier sur le plan climatologique : outre le fait qu’il s’agit du mois d’octobre le plus froid depuis 2009 et le 21e plus froid depuis 1895 à l’échelle des États-Unis contigus (avec un déficit thermique de -1°C par rapport à la moyenne mensuelle 1901-2000, à bonne distance toutefois du mois d’octobre 1925 qui détient le record avec un écart à la moyenne de -2,9°C), ce mois d’octobre 2019 a été marqué par des contrastes thermiques remarquables à l’échelle des moyennes mensuelles et tout au long du mois entre le nord-ouest du pays, soumis à un régime d’air froid bien établi et précoce sous l’effet de descentes d’air polaire répétées, et le sud-est du pays, soumis à un régime d’air chaud advecté en direction du nord-est par effet de balancier.
La partie nord des Rocheuses (l’Idaho en particulier) a connu son mois d’octobre le plus froid jamais observé, alors que la péninsule de Floride (sud de l’État) a connu son mois d’octobre le plus chaud depuis le début des mesures en 1895. Pour trouver un contraste thermique plus marqué au mois d’octobre entre des températures anormalement froides dans le nord-ouest et des températures anormalement chaudes dans le sud-est des États-Unis, il faut remonter à octobre 1919 qui détient le record absolu. La configuration météo était vraisemblablement la même en octobre 1919 et un siècle plus tard, favorisant d’énormes contrastes thermiques entre l’Idaho et la Floride, comme on peut le constater à partir des courbes de la température moyenne mensuelle observée à l’échelle de ces deux États.


De l’air anormalement froid a gagné le nord-ouest des États-Unis dès la fin du mois de septembre, avec pour conséquence une puissante advection d’air chaud du sud-est au nord-est du pays. Pas moins de 12 États + le district de Columbia ont battu ou égalé leur record mensuel de chaleur entre le 1er et le 4 octobre 2019 (cf. article relatif à cet événement).

Une nouvelle descente d’air froid, plus puissante et massive, s’est produite du 9 au 12 octobre sur le nord-ouest des États-Unis avant de gagner une plus grande partie du territoire (cf. cette animation), accompagnée d’une chute brutale des températures en quelques heures, notamment dans le nord du Colorado à Fort Collins/Loveland (-27,8°C en 5 heures 30 minutes le 9 octobre entre 3h30 PM et 9h PM) et à l’aéroport international de Denver dans le nord du Colorado où le thermomètre a perdu 34,4°C en 15 heures entre le 9 octobre (28,3°C à 15h) et le 10 octobre (-6,1°C à 6h) [dont -30,5°C en 10 heures, mais également -35,5°C en 17 heures 30 minutes et -38,9°C en 34 heures].
À cette occasion, Denver a d’ailleurs enregistré sa plus grande variation thermique en 1 jour et en 2 jours pour un mois d’octobre, tout en égalant sa 2e plus grande variation thermique en 2 jours tous mois confondus depuis 1872 !
Le froid a également gagné le sud du pays le 11 octobre, notamment le Texas où la chute des températures a été brutale : -26,6°C en 18 heures 26 minutes à Del Rio, -27,8°C en 20 heures à Austin / Bergstrom International Airport, -28,9°C en 20 heures 45 minutes à Austin / Camp Mabry !

Mais le fait le plus marquant est intervenu en fin de mois avec une troisième invasion d’air polaire par le nord-ouest du pays, avec à la clé un nouveau RECORD MENSUEL DE FROID pour les États-Unis contigus (hors Alaska) et pour 8 États américains !

  • CALIFORNIE : -26,1°C le 29 octobre à Bridgeport (précédent record : -23,3°C le 27/10/1970 à Bodie)
    [* à noter toutefois qu’une station de recherche située à 3801 m d’altitude près du sommet du White Mountain Peak a enregistré une Tmin de -28,9°C le 29/10/1961] ;
  • UTAH : -29,4°C le 30 octobre à Randolph = record mensuel de froid pour l’Utah [hors dolines] (précédent record : -26,7°C le 31/11/1972 à Woodruff)
    -43,4°C
    le 30/10/2019 à Peter Sinks (doline située à 2488 m) = record mensuel de froid à la station (précédent record : -37,2°C en octobre 2002) et nouveau record mensuel national de froid non officiel pour les États-Unis contigus (hors Alaska qui détient toujours le record avec -44,4°C le 31/10/1975 à Clearwater) !
  • WYOMING : -36,7°C le 30 octobre à Daniel Fish Hatchery (2238 m) [-36,1°C le 30 à Rock River] (précédent record : -36,1°C le 29/10/1917 à Soda Butte)
    = RECORD MENSUEL DE FROID POUR LES ÉTATS-UNIS CONTIGUS (hors Alaska ET hors dolines d’altitude) !
  • IDAHO : -27,8°C le 30 octobre à Island Park (précédent record : -26,7°C le 29/11/1917 à Big Springs) ;
  • NEBRASKA : -26,7°C les 30 et 31 octobre à Harrison 9 NE (1228 m) (précédent record : -26,1°C le 28/11/1925 à Hay Springs) ;
  • NEVADA : -26,7°C le 30 octobre à Austin (précédent record : -23,3°C le 27/10/1970 à Mountain City Ranger Station), une valeur d’autant plus remarquable pour cette période de l’année qu’elle n’a pas été mesurée sur un sol enneigé !
  • OKLAHOMA : -17,8°C le 31 octobre à Kenton (1322 m) (précédent record : -14,4°C à Kenton le 30/10/1993) ;
  • TEXAS : -14,4°C le 31 octobre à Stratford 4 WNW (précédent record : -13,3°C le 30/10/1993 à Stratford).

À noter que seuls les mois d’octobre 1925, décembre 1917 et février 1899 comptabilisent un plus grand nombre d’États ayant battu un record mensuel de froid au cours d’un même mois (respectivement 10, 10 et 16 États).

Bien qu’assez modestement médiatisé, cet événement n’est pas pour autant anodin : il ponctue de manière magistrale un mois d’octobre exceptionnellement froid dans le nord-ouest des États-Unis (avec une année 2019 globalement plus froide sur les 10 premiers mois), en particulier dans l’État de l’Idaho qui enregistre son mois d’octobre le plus froid depuis 1895, mais également dans les États de Washington, du Wyoming et de l’Utah (2e rang), du Montana (3e rang), de l’Oregon et du Colorado (4e rang) !
7696 records quotidiens de froid ont été battus ou égalés au cours du mois sur le territoire américain (Tnn et Txn cumulées), contre 4717 records quotidiens de chaleur (Txx et Tnx cumulées), portant le total sur les 10 premiers mois de l’année 2019 à 35512 records quotidiens de froid contre 40246 records quotidiens de chaleur (soit un delta finalement assez faible dans le contexte climatique actuel, qui paraît moins probant encore au regard des anomalies thermiques observées depuis le début de l’année sur le territoire américain [cf. carte ci-contre]).
En fin de mois, de nombreuses stations américaines ont battu leur record mensuel de froid, pulvérisant parfois de plusieurs degrés leur précédent record. Citons deux exemples frappants : Pocatello / Regional Airport (dans l’Idaho) bat de 7,2°C son précédent record depuis le début des mesures en 1939 avec une température minimale de -21,1°C le 30 octobre contre -13,9°C le 31/10/2003 et Daniel Fish Hatchery (dans le Wyoming) pulvérise de 15,6°C son précédent record mensuel de froid depuis le début des mesures en 1989 avec une température minimale record de -36,7°C le 30 octobre [-35,6°C le 31] contre -21,1°C le 30/10/1991 [avant 2019, la température n’étant descendue en dessous de -17°C qu’à 3 reprises en octobre] !!!


jeudi 10 octobre 2019

Fort contraste thermique entre le nord-ouest et le sud-est des États-Unis

De l’air anormalement froid a gagné le nord-ouest des États-Unis à la fin du mois septembre 2019, associé à des chutes de neige exceptionnellement intenses pour la saison du 27 au 30 septembre sur les contreforts orientaux des Rocheuses. Il est tombé notamment jusqu’à 132 cm en un peu plus de 3 jours à Babb (Montana), 49 cm en 2 jours à Great Falls (Montana) le 27-29 septembre (2e plus fort cumul de neige en 2 jours à la station tous mois confondus), dont 45 cm en 24h (record absolu en 24h tous mois confondus depuis le début des mesures à la station).
Dans le Montana, la température est descendue jusqu’à -17,2°C le 1er octobre 2019 à Browning et -12,8°C à Great Falls, où il n’avait jamais fait aussi froid si tôt dans la saison depuis le début des mesures en 1892 (précédent record de froid précoce : -12,2°C le 24/09/1926) !


A contrario, dans une grande moitié sud-est des États-Unis, on a observé un effet de balancier avec une masse d’air anormalement chaude et une puissante advection d’air chaud en direction du nord-est (avec des températures particulièrement élevées jusque dans le sud-est du Canada, avec notamment un nouveau record mensuel de 31,8°C enregistré le 1er octobre à l’aéroport international de Toronto).
Après un mois de septembre exceptionnellement chaud dans le sud des États-Unis (le plus chaud notamment à Austin, Dallas, Memphis, Miami, St Louis…), 80 stations du sud et de l’est du pays ont battu ou égalé leur record de chaleur pour un mois d’octobre (souvent plusieurs jours consécutivement et parfois de plus de 2°C).
Pas moins de 12 ÉTATS AMÉRICAINS + le DISTRICT DE COLUMBIA ont battu ou égalé leur record mensuel de chaleur entre le 1er et le 4 octobre 2019, soit autant qu’en décembre 1998 et mai 1934, mais davantage qu’en février 2018, août 1936, avril 1925 et mai 1911 (9 États à chaque fois). Pour trouver un nombre plus important d’États ayant battu un record mensuel de chaleur au cours d’un même mois, il faut remonter à novembre 1950 qui détient le record absolu (19 États), devant juillet 1936 (17) et mars 1907 (15).

RECORDS MENSUELS DE CHALEUR DANS 12 ÉTATS + le DISTRICT DE COLUMBIA :
  • ALABAMA : 41,1°C le 3 octobre à Manchester (précédent record : 39,4°C le 05/10/1954 à Troy)
    [à noter 40,6°C les 1er, 2 et 3 octobre à Marion / Vaiden Field Airport] ;
  • MARYLAND : 38,3°C le 2 octobre à St Inigoes / Webster NOLF Airport (précédent record : 37,2°C à plusieurs reprises dans différentes stations) ;
  • DELAWARE : 36,7°C le 2 octobre à Wilmington Airport (précédent record : 36,1°C les 05 et 06/10/1941 à Bridgeville) ;
  • DISTRICT DE COLUMBIA : 36,7°C le 2 octobre à Washington DC (précédent record : 35,6°C le 05/10/1941) ;
  • NEW JERSEY : 36,1°C le 2 octobre à Millville / Municial Airport = record mensuel de l’État égalé (36,1°C le 05/10/1941 à Flemington et à Tuckertown) ;
  • NEW YORK : 35,0°C le 2 octobre à La Guardia et à JFK Airports = record mensuel de l’État égalé (35,0°C le 02/10/1927 à Danville) ;
  • MISSISSIPPI : 40,0°C le 3 octobre à Columbus [38,9°C le 2 octobre] (précédent record : 38,3°C le 01/10/2019 à Meridian Regional Airport et à d’autres reprises dans 6 autres stations)
    [à noter 38,9°C les 2 et 3 octobre à Meridian Regional Airport (Key Field)] ;
  • TENNESSEE : 37,8°C les 2 et 3 octobre à Chattanooga / Lovell Airport et le 2 octobre à Dayton (précédent record : 37,2°C à 3 reprises dans différentes stations)
    [à noter 40,0°C le 4 octobre à Woodbury 1 WNW, mais cette valeur paraît suspecte] ;
  • FLORIDE : 38,3°C le 3 octobre à Crestview / Bob Sikes Airport (précédent record : 37,8°C le 01/10/1904 à Molino, les 01 et 02/10/1904 à Orange City) ;
  • CAROLINE DU SUD : 40,6°C* les 3 et 4 octobre à Pelion 0.8 NW [39,4°C le 2 octobre] (précédent record : 39,4°C le 05/10/1954 à Little Mountain) [* valeur néanmoins suspecte qui reste à confirmer] ;
  • KENTUCKY : 39,4°C les 3 et 4 octobre à Nolin River Lake (précédent record : 36,7°C à 3 autres reprises dans différentes stations) ;
  • GÉORGIE : 39,4°C le 4 octobre à Macon / Lewis Wilson Airport = record mensuel de l’État égalé (39,4°C le 05/10/1954 à Louisville) ;
  • VIRGINIE : 38,9°C le 4 octobre à South Boston (précédent record : 38,3°C le 06/10/1941 à Walkerton).

Notons que l’État de Caroline du Nord a également été tout près d’égaler son record mensuel de chaleur avec 38,3°C le 4 octobre à Laurinburg (contre 38,9°C le 06/10/1954 à Albemarle).

Plus globalement, après un mois de septembre 2019 extrêmement chaud à l’échelle mondiale (le plus chaud depuis le début des mesures, devant septembre 2016), ce début de mois d’octobre est marqué par de fortes anomalies thermiques dans l’hémisphère nord : de très nombreux records mensuels de chaleur ont été battus sur des zones géographiques remarquablement étendues, avec une dizaine de records mensuels nationaux battus ou égalés au cours des 4 premiers jours du mois ! (Cf. liste des records mensuels nationaux en 2019)
L’hémisphère nord a notamment enregistré un nouveau record de chaleur pour un mois d’octobre avec 47,6°C le 1er octobre à Al-Wafra, dans le sud du Koweït (précédent record : 47,2°C le 02/10/1980 à Mecca [sud de la Californie, États-Unis]) ! Il s’agit également de la 2e plus haute température jamais enregistrée dans le monde en octobre derrière le record de 48,4°C du 27/10/2015 à Vredendal (Afrique du Sud).
Les plus fortes anomalies thermiques positives ont été observées dans les régions arctiques, en particulier dans le nord du Groenland et l’extrême nord du Nunavut (Canada) où l’on a relevé jusqu’à 4,9°C le 1er octobre à Alert par plus de 82° de latitude N, une valeur située plus de 15°C au dessus des normales, la deuxième plus forte température jamais enregistrée en octobre (derrière les 5,3°C du 18/10/2006).

mardi 6 août 2019

Vague de chaleur d’intensité exceptionnelle sur l’Europe de l’Ouest en juillet 2019

Après une première vague de chaleur du 24 au 30 juin 2019 (d’une intensité historique dans le sud de la France, avec à la clé un nouveau record national de chaleur), une seconde vague de chaleur a frappé la France et une bonne partie de l’Europe de l’Ouest du 21 au 26 juillet 2019.
Si, comme la première, cette nouvelle vague de chaleur a été relativement courte (6 jours), elle a atteint une intensité exceptionnelle et inédite sur la moitié nord de la France, le Benelux et l’Angleterre. Une multitude de stations ont battu ou pulvérisé (parfois de plusieurs degrés) leur record absolu de température au cours de cet épisode caniculaire et 5 pays européens ont enregistré un nouveau record national de chaleur le 25 juillet au terme d’une journée historiquement chaude.

Cette seconde vague de chaleur est la conséquence d’une puissante remontée d’air chaud en provenance d’Afrique du Nord associée à un dôme anticyclonique (structure en Omega typique de ces situations) qui s’est positionné au‑dessus de l’Europe de l’Ouest, à l’avant d’un système dépressionnaire sur l’Atlantique. Cette puissante advection d’air chaud en provenance du nord de l’Afrique a été favorisée par un ralentissement général du flux d’ouest au‑dessus de l’Atlantique depuis la fin avril 2019, comme l’indique l’indice remarquablement négatif de l’oscillation nord-atlantique sur toute la période. En effet, dans une telle configuration isobarique, la circulation d’ouest est plus faible et le courant-jet décrit des ondulations plus marquées, favorisant de puissantes advections d’air chaud en provenance du continent africain (comme ce fut le cas aussi sur la France lors de la première vague de chaleur en juin) entre deux coulées d’air plus froid sur le proche Atlantique et du nord de l’Europe à l’Europe de l’Est.


FRANCE
Cette seconde vague de chaleur, qui a touché la France du 21 au 26 juillet, a été relativement courte (6 jours) mais d’une intensité exceptionnelle, comme on peut le constater sur le diagramme à bulles ci-contre de Météo-France qui compare les vagues de chaleur survenues dans le pays depuis 1947.
Elle ponctue un mois de juillet 2019 particulièrement ensoleillé (en particulier dans l’Ouest) et chaud à l’échelle nationale, mais seulement le 3e plus chaud depuis 1900 avec un écart à la normale mensuelle de +2,4°C (comme en juillet 2018, contre +2,6°C en juillet 1983 et +3,6°C en juillet 2006 !).
À titre d’illustration, Paris-Montsouris n’a enregistré au cours de ce mois de juillet 2019 que 7 jours avec une température au moins égale à 30°C, contre 16 jours en juillet 2018 et juillet 2006.

Cartes des températures maximales en France du 23 au 25 juillet 2019
Source : Infoclimat
Cette vague de chaleur a débuté dans le sud-ouest de la France, avec à la clé des records absolus de température battus dans plusieurs villes dès le 23 juillet : 42,1°C à Brive, 42,0°C à Terrasson, 41,2°C à Bordeaux-Mérignac, ou encore 42,6°C à Bordeaux-Paulin (station implantée au cœur de la capitale girondine depuis 1952, dont l’environnement reste néanmoins relativement satisfaisant pour une station située en centre-ville [cf. la fiche signalétique de la station]).
La chaleur a atteint le même jour le centre-ouest de la France et s’est propagée rapidement vers le nord et le nord‑est les jours suivants, à la différence de celle du mois de juin 2019 qui avait épargné les régions de l’Île-de-France et des Hauts-de-France sous l’influence protectrice d’une masse d’air anticyclonique plus fraîche centrée plus au nord.
De nombreuses autres stations ont enregistré un nouveau record absolu de chaleur les 23 et 24 juillet (cf. la liste ci‑dessous), mais le jeudi 25 juillet a été de loin la journée la plus chaude de cet épisode caniculaire exceptionnellement intense. L’indicateur thermique national a atteint 29,4°C, soit une valeur record équivalente à celle du 5 août 2003, reléguant aux 3e et 4e rangs les journées du 27 juin 2019 (27,9°C) et du 28 juillet 1947 (27,8°C).
Plus de 40 stations synoptiques (soit près d’un quart du réseau principal de Météo-France) ont battu leur record absolu sur la seule journée du 25 juillet. Le mercure a atteint des valeurs jamais mesurées, tous mois confondus, dans de nombreuses villes, effaçant les records des vagues de chaleur de juillet 1947, juillet 1983 et août 2003. La barre des 40°C a été dépassée pour la première fois dans l’extrême nord du pays, comme à Dieppe (40,1°C), Lille (41,5°C) et même Dunkerque (41,3°C) !
La température est montée jusqu’à 42,6°C le 25 juillet à Paris-Montsouris qui pulvérise son ancien record absolu de chaleur depuis le début des mesures en 1872 (40,4°C le 28/07/1947) et détient désormais le record absolu pour les stations du réseau principal de la moitié nord de la France. La station se classe également au 3e rang du réseau principal à l’échelle nationale pour un mois de juillet (derrière Figari [Corse] avec 43,0°C le 23/07/2009 et Le Luc [Var] avec 42,7°C le 07/07/1982) et au 9e rang tous mois confondus (le record étant détenu par Nîmes-Courbessac avec 44,4°C le 28/06/2019) !
Hors réseau principal, la température a grimpé jusqu’à 43,6°C le 25 juillet à Saint-Maur-des-Fossés (une station implantée dans le parc St-Maur depuis 1872, qui a tendance néanmoins à surchauffer). Il s’agit non officiellement (mais possiblement) d’un nouveau record national de chaleur pour un mois de juillet, qui bat les 43,4°C du 23/07/2009 à Sartène (Corse) et 43,5°C le même jour à Sollacaro-Alziglione (mais cette station de Corse-du-Sud est de moins bonne qualité [cf. sa fiche signalétique]). On peut également signaler qu’on avait relevé jusqu’à 43,8°C le 31/07/1947 à Joyeuse (Ardèche), mais cette valeur est vraisemblablement surestimée.

Selon Météociel, 282 records absolus ont été battus en juillet (principalement sur la moitié nord de la France), contre 180 en juin (du sud-est de la France aux pays de la Loire). Comme on peut le voir aussi sur la carte ci-contre (établie par l’observatoire Keraunos à partir des données fournies par Météo-France), plus de 70 stations synoptiques (soit environ 40 à 50% du réseau) ont battu leur record absolu de chaleur durant les deux premiers mois de l’été 2019 [une étude complémentaire parue sur LeMonde.fr précise que 79 stations synoptiques ont d’ores et déjà battu leur record absolu depuis le début de l’année et que 83% des températures maximales ont été enregistrées après 2003]. L’ampleur de la vague de chaleur de juillet est saisissante sur la moitié nord de la France. Tout aussi renversant, Lille (41,5°C) et Dunkerque (41,3°C) par exemple comptent désormais un record absolu de température supérieur à ceux de Bordeaux-Mérignac (41,2°C), Agen (41,0°C), Biarritz (40,6°C), Tarbes (39,0°C), Lyon St-Exupéry (39,9°C), Clermont-Aulnat (40,9°C), Grenoble St-Geoirs (39,5°C), Nice (37,7°C), Toulon (40,1°C), ou encore Marseille-Marignane (40,6°C) ! Sans oublier Paris-Montsouris (42,6°C) qui devance désormais Perpignan-Rivesaltes (42,4°C) !

Le caractère le plus frappant de ces deux canicules de juin et juillet 2019 est l’écart qui existe entre les nouveaux records établis récemment et les anciens records historiques, comme on peut le voir sur cette carte proposée par Matthieu Sorel (ingénieur à Météo-France) via son compte Twitter. Certaines stations ont pulvérisé littéralement leur précédent record de plusieurs degrés, en particulier Dunkerque le 25 juillet (+3,0°C), Abbeville le 25 juillet (+3,5°C), Amiens le 25 juillet (+3,6°C), Lille le 25 juillet (+3,9°C), Nîmes-Garons le 28 juin (+4,2°C), Gallargues-le-Montueux le 28 juin (+5,3°C), Marsillargues le 28 juin (+5,4°C) et surtout Montpellier-Fréjorgues qui a pulvérisé le 28 juin de +5,8°C son précédent record depuis le début des mesures en 1946 (43,5°C contre 37,7°C le 04/08/2017) : un tel écart est même exceptionnel à l’échelle mondiale, car seule la station de Steele dans le Dakota du Nord a battu en juillet 1936 son précédent record absolu avec un plus grand écart (+6,1°C) ; toutefois, on peut considérer que la station de Montpellier a pratiquement égalé (voire battu) un record mondial, car les données de Steele contiennent une plus grande marge d’imprécision en raison de l’unité utilisée — le degré Fahrenheit (toujours arrondi à la valeur supérieure).

Stations ayant enregistré un record absolu de chaleur en juillet 2019 (classées par ordre décroissant des valeurs)
[liste non exhaustive] :
  • 43,6°C le 25 juillet à Saint-Maur-des-Fossés (94) [précédent record depuis 1872 : 42,2°C le 06/08/2003]
    = record pour la région Île-de-France
  • 42,9°C le 25 juillet à La Brosse-Montceaux (77) [précédent record depuis 1973 : 40,4°C le 24/07/2019]
  • 42,6°C le 25 juillet à Paris-Montsouris (75) [précédent record depuis 1872 : 40,4°C le 28/07/1947] 
  • 42,6°C le 25 juillet à Achères (78) [précédent record depuis 1990 : 40,2°C le 11/08/2003]
  • 42,6°C le 25 juillet à Chablis (89) [précédent record depuis 1951 : 41,8°C le 07/08/2003]
    = record pour la région Bourgogne Franche-Comté
  • 42,6°C le 23 juillet à Bordeaux-Paulin (33) [précédent record depuis 1952 : 41,0°C le 04/08/2003]
  • 42,5°C le 25 juillet à Nemours (77) [précédent record depuis 1990 : 41,1°C le 06/08/2003]
  • 42,5°C le 23 juillet à Montgivray (36) [précédent record depuis 1994 : 42,3°C le 18/08/2012]
  • 42,4°C le 25 juillet à Sens (89) [précédents records depuis 1956 : 40,6°C le 24/07/2019 et 40,2°C le 06/08/2003]
  • 42,3°C le 25 juillet à Fontainebleau (77) [précédent record depuis 1989 : 40,9°C le 12/08/2003]
  • 42,1°C le 25 juillet à Châtillon-sur-Seine (21) [précédent record depuis 1946 : 41,5°C le 19/08/2012]
  • 42,1°C le 25 juillet à Le Bourget (95) [précédent record depuis 1920 : 40,2°C le 12/08/2003]
  • 42,1°C le 25 juillet à Courdimanche (91) [précédent record depuis 1989 : 40,5°C le 12/08/2003]
  • 42,1°C le 23 juillet à Brive-Laroche (19) [précédent record depuis 1987 : 41,4°C le 16/07/2015] 
  • 42,0°C le 25 juillet à Brétigny (91) [précédent record depuis 1947 : 39,7°C le 06/08/2003]
  • 42,0°C le 25 juillet à Romorantin (41) [précédent record depuis 1921 : 41,2°C le 05/08/2003]
  • 41,9°C le 25 juillet à Melun (77) [précédent record depuis 1947 : 39,4°C le 01/07/2015]
  • 41,9°C le 25 juillet à Orly (94) [précédent record depuis 1921 : 40,0°C le 12/08/2003]
  • 41,8°C le 25 juillet à Troyes-Barberey (10) [précédent record depuis 1975 : 40,6°C le 12/08/2003]
  • 41,7°C le 25 juillet à Amiens (80) [précédent record depuis 1985 : 38,1°C le 10/08/2003]
  • 41,7°C le 25 juillet à Bourges (18) [précédents records depuis 1945 : 40,2°C le 24/07/2019, 39,9°C le 23/07/2019]
  • 41,7°C le 25 juillet à Châteaudun (28) [précédent record depuis 1953 : 39,3°C le 06/08/2003]
  • 41,6°C le 25 juillet à Auxerre (89) [précédent record depuis 1936 : 41,1°C le 06/08/2003]
  • 41,6°C le 25 juillet à Beauvais (60) [précédent record depuis 1944 : 39,0°C le 06/08/2003]
  • 41,6°C le 25 juillet à Creil (60) [précédent record depuis 1954 : 39,1°C le 12/08/2003]
  • 41,6°C le 25 juillet à Pontoise-Cormeilles (95) [précédent record depuis 1946 : 39,2°C le 12/08/2003]
  • 41,5°C le 25 juillet à Cambrai (59) [précédent record depuis 1954 : 38,2°C le 06/08/2003]
  • 41,5°C le 25 juillet à Lille-Lesquin (59) [précédent record depuis 1944 : 37,6°C le 27/07/2018]
  • 41,4°C le 25 juillet à Chartres (28) [précédent record depuis 1923 : 40,1°C le 28/07/1947] 
  • 41,4°C le 25 juillet à Châteauroux-Déols (36) [précédents records depuis 1893 : 41,2°C le 23/07/2019, 40,5°C le 02/08/1906 et 40,2°C le 28/07/1947]
  • 41,4°C le 25 juillet à Roissy CDG (95) [précédent record depuis 1974 : 39,0°C le 12/08/2003] 
  • 41,4°C le 25 juillet à Saint-Dizier (52) [précédents records depuis 1953 : 40,6°C le 24/07/2019 et 40,4°C le 12/08/2003]
  • 41,3°C le 25 juillet à Abbeville (80) [précédent record depuis 1944 : 37,8°C le 01/07/1952]
  • 41,3°C le 25 juillet à Dunkerque (59) [précédent record depuis 1917 : 38,3°C le 19/07/2006]
  • 41,3°C le 25 juillet à Orléans (45) [précédent record depuis 1946 : 40,3°C le 28/07/1947]
  • 41,3°C le 25 juillet à Rouen (76) [précédent record depuis 1968 : 38,1°C le 11/08/2003]
  • 41,3°C le 24 juillet à Vichy-Charmeil (03) [précédent record depuis 1941 : 41,2°C le 31/07/1983]
  • 41,2°C le 23 juillet à Bordeaux-Mérignac (33) [précédent record depuis 1920 : 40,7°C le 04/08/2003]
  • 41,1°C le 25 juillet à Reims (51) [précédents records depuis 1945 : 39,7°C le 24/07/2019 et 39,3°C le 12/08/2003]
  • 41,1°C le 23 juillet à Angers-Marcé (49) [précédent record depuis 1999 : 39,5°C le 10/08/2003]
  • 40,9°C le 25 juillet à Évreux (27) [précédent record depuis 1968 : 38,4°C le 11/08/2003]
  • 40,9°C le 25 juillet à Boigneville (91) [précédent record depuis 1979 : 39,7°C le 06/08/2003]
  • 40,9°C le 24 juillet à Avord (18) [précédents records depuis 1922 : 40,2°C le 24/07/2019 et 39,8°C le 06/08/2003]
  • 40,8°C le 25 juillet à Tours (37) [précédents records depuis 1959 : 40,2°C le 23/07/2019 et 39,8°C le 10/08/2003]
  • 40,8°C le 25 juillet à Toussus-le-Noble (78) [précédent record depuis 1965 : 39,3°C le 12/08/2003] 
  • 40,7°C le 25 juillet à Saint-Quentin (02) [précédent record depuis 1933 : 37,9°C le 12/08/2003]
  • 40,7°C le 23 juillet à Angers-Beaucouzé (49) [précédent record depuis 1937 : 39,8°C le 28/07/1947]
  • 40,7°C le 23 juillet à Le Mans (72) [précédent record depuis 1945 : 40,5°C le 06/08/2003]
  • 40,6°C le 25 juillet à Trappes (78) [précédent record depuis 1923 : 39,1°C le 06/08/2003]
  • 40,4°C le 23 juillet à Blois (41) [précédent record depuis 1990 : 39,5°C le 10/08/2003]
  • 40,3°C le 25 juillet à Villacoublay (78) [précédent record depuis 1946 : 38,8°C le 28/07/1947]
  • 40,3°C le 23 juillet à Cognac (16) [précédent record depuis 1945 : 40,1°C le 12/07/1949]
  • 40,1°C le 25 juillet à Dieppe (76) [précédent record depuis 1949 : 38,3°C le 01/07/2015] 
  • 40,1°C le 24 juillet à Nancy-Essey (54) [précédent record depuis 1927 : 39,3°C le 08/08/2003]
  • 40,1°C le 23 juillet à Rennes (35) [précédent record depuis 1945 : 39,5°C le 05/08/2003]
  • 39,8°C le 25 juillet à Alençon (61) [précédent record depuis 1946 : 39,0°C le 28/07/1947]
  • 39,7°C le 25 juillet à Caen (14) [précédent record depuis 1945 : 38,9°C le 05/08/2003]
  • 39,7°C le 24 juillet à Metz-Frescaty (57) [précédent record depuis 1940 : 39,5°C le 08/08/2003] 
  • 39,5°C le 24 juillet à Dijon (21) [précédent record depuis 1921 : 39,3°C le 12/08/2003]
  • 39,4°C le 25 juillet à Deauville (14) [précédent record depuis 1949 : 37,7°C le 10/08/2003]
  • 39,4°C le 24 juillet à Nevers (58) [précédent record depuis 1946 : 39,2°C le 11/08/2003]
  • 39,3°C le 25 juillet à Épinal (88) [précédents records depuis 1986 : 38,8°C le 24/07/2019 et 38,0°C le 09/08/2003]
  • 39,3°C le 25 juillet à Le Touquet (62) [précédent record depuis 1947 : 36,4°C le 11/08/2003]
  • 39,2°C le 25 juillet à Charleville-Mézières (08) [précédents records depuis 1990 : 38,2°C le 24/07/2019 et 37,0°C le 12/08/2003]
  • 39,1°C le 23 juillet à Cholet (49) [précédent record depuis 1965 : 38,4°C le 10/08/2003]
  • 38,9°C le 25 juillet à Strasbourg-Entzheim (67) [précédent record depuis 1923 : 38,8°C le 30/06/2019]
  • 38,8°C le 25 juillet à Langres (52) [précédents records depuis 1947 : 38,0°C le 24/07/2019 et 37,6°C le 12/08/2003]
  • 38,1°C le 25 juillet à Le Havre/Cap de la Hève (76) [précédents records depuis 1921 : 36,5°C le 23/07/2019 et 36,3°C le 10/08/2003]
  • 38,0°C le 25 juillet à Pontarlier (25) [précédent record depuis 1987 : 36,8°C le 13/08/2003]
  • 37,9°C le 23 juillet à Limoges-Bellegarde (87) [précédent record depuis 1973 : 37,3°C le 16/07/2015] 
  • 36,4°C le 25 juillet à Boulogne-sur-Mer (62) [précédent record depuis 1952 : 35,4°C le 01/07/2015]

Comme lors de la première vague de chaleur survenue en juin, la masse d’air était particulièrement chaude en altitude au cours de ce nouvel épisode caniculaire. Dans le massif du Mt Blanc, on a relevé jusqu’à 9,8°C le 23 juillet au col Major (un record absolu pour cette station récemment implantée à 4750 m d’altitude, devant les 9,3°C du 29/06/2019) et 12,3°C le même jour à l’observatoire Vallot (station installée à 4634 m d’altitude en aval du sommet du Mt Blanc, derrière les 12,4°C du 26/06/2019) ! Des valeurs remarquables mais vraisemblablement surestimées, bien supérieures à la température de la masse d’air révélée par les différents radiosondages (Payerne, Milan, Cuneo), l’isotherme 0°C se situant plutôt entre 4900 m et 5000 m d’altitude le 23 juillet. Comme c’est le cas pour la plupart des stations dans le monde situées au-dessus de 3500 m d’altitude, les capteurs enregistrent des hausses soudaines et exagérées de la température, soit en raison d’une irradiation excessive (réflexion de la neige sur le capteur) en l’absence de vent, soit sous l’influence de vents thermiques vigoureux (qui peuvent provoquer des ascendances exceptionnelles permettant aux parapentistes de se poser sur le toit de l’Europe comme le 26 juin 2019 et de voler jusqu’à 5500 m ! [cf. cette vidéo tournée au-dessus du Mt Blanc]). Le même phénomène a été observé le 6 juillet 2019 sur les pentes du Denali (Mt McKinley) en Alaska : la température est montée jusqu’à +8,3°C à Denali Foot Camp (4328 m), alors que le radiosondage effectué au-dessus d’Anchorage indiquait une température de -9,7°C à ~5500 m d’altitude (niveau 500 hPa). En revanche, la température au sommet du Denali (6190 m) a probablement atteint un maximum de -10°C, soit vraisemblablement un record.

En raison d’une masse d’air extrêmement chaude et solidement ancrée au-dessus de la France, les températures minimales nocturnes (amplifiées localement par l’effet de chaleur urbain) ont atteint des valeurs remarquables au cours de cette vague de chaleur. De nombreuses stations ont mesuré leur nuit la plus chaude (tous mois confondus) les 24 et 25 juillet 2019 (avec notamment une minimale nocturne exceptionnelle de 28,3°C le 25 juillet dans Paris intramuros relevée à la station de l’hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement) ; voici quelques exemples :
  • 25,4°C le 25 juillet à Bordeaux-Mérignac (33) [précédents records depuis 1920 : 24,8°C le 23/07/2019 et 23,5°C le 14/08/2003]
  • 25,0°C le 25 juillet à Langres (52) [précédent record depuis 1947 : 24,2°C le 02/07/1952]
  • 25,0°C le 25 juillet à Cognac (16) [précédent record depuis 1945 : 23,8°C le 27/06/2019]
  • 24,8°C le 24 juillet à Roissy CDG (95) [précédents records depuis 1974 : 24,8°C le 23/07/2019 et 24,0°C le 04/07/2015]
  • 24,8°C le 25 juillet à Toulouse-Francazal (31) [précédents records depuis 1922 : 24,6°C le 23/07/2019 et 24,2°C le 26/07/1990]
  • 24,4°C le 24 juillet à Clermont-Aulnat (63) [précédent record depuis 1923 : 23,3°C le 04/07/2015]
  • 24,4°C le 25 juillet à Orly (94) [précédent record depuis 1921 : 23,5°C le 11/08/2003]
  • 24,2°C le 25 juillet à Saintes (17) [précédent record depuis 1990 : 23,7°C le 09/07/2010]
  • 23,9°C le 24 juillet à Trappes (78) [précédent record depuis 1923 : 23,4 °C le 11/08/2003]
  • 23,4°C le 24 juillet à Jagny-sous-Bois (95) [précédent record depuis 1967 : 22,7°C le 02/07/2010]
  • 23,2°C le 25 juillet à Lille-Lesquin (59) [précédent record depuis 1944 : 22,5°C le 04/07/2015]
  • 23,1°C le 24 juillet à Radinghem (62) [précédent record depuis 1989 : 21,3°C le 20/07/2016] 
  • 22,0°C le 24 juillet à Sancoins (18) [précédent record depuis 1949 : 21,4°C le 28/06/2019]
  • 21,9°C le 24 juillet à Abbeville (80) [précédent record depuis 1922 : 21,4°C le 20/07/2016]

La chaleur s’est propagée ensuite à l’ensemble du Benelux, dont les trois pays ont dépassé chacun pour la première fois, et en de nombreuses stations, la barre des 40°C.