jeudi 31 octobre 2019

Contrastes thermiques exceptionnels aux États-Unis en octobre 2019

Les États-Unis ont connu un mois d’octobre 2019 particulièrement singulier sur le plan climatologique : outre le fait qu’il s’agit du mois d’octobre le plus froid depuis 2009 et le 21e plus froid depuis 1895 à l’échelle des États-Unis contigus (avec un déficit thermique de -1°C par rapport à la moyenne mensuelle 1901-2000, à bonne distance toutefois du mois d’octobre 1925 qui détient le record avec un écart à la moyenne de -2,9°C), ce mois d’octobre 2019 a été marqué par des contrastes thermiques remarquables à l’échelle des moyennes mensuelles et tout au long du mois entre le nord-ouest du pays, soumis à un régime d’air froid bien établi et précoce sous l’effet de descentes d’air polaire répétées, et le sud-est du pays, soumis à un régime d’air chaud advecté en direction du nord-est par effet de balancier.
La partie nord des Rocheuses (l’Idaho en particulier) a connu son mois d’octobre le plus froid jamais observé, alors que la péninsule de Floride (sud de l’État) a connu son mois d’octobre le plus chaud depuis le début des mesures en 1895. Pour trouver un contraste thermique plus marqué au mois d’octobre entre des températures anormalement froides dans le nord-ouest et des températures anormalement chaudes dans le sud-est des États-Unis, il faut remonter à octobre 1919 qui détient le record absolu. La configuration météo était vraisemblablement la même en octobre 1919 et un siècle plus tard, favorisant d’énormes contrastes thermiques entre l’Idaho et la Floride, comme on peut le constater à partir des courbes de la température moyenne mensuelle observée à l’échelle de ces deux États.


De l’air anormalement froid a gagné le nord-ouest des États-Unis dès la fin du mois de septembre, avec pour conséquence une puissante advection d’air chaud du sud-est au nord-est du pays. Pas moins de 12 États + le district de Columbia ont battu ou égalé leur record mensuel de chaleur entre le 1er et le 4 octobre 2019 (cf. article relatif à cet événement).

Une nouvelle descente d’air froid, plus puissante et massive, s’est produite du 9 au 12 octobre sur le nord-ouest des États-Unis avant de gagner une plus grande partie du territoire (cf. cette animation), accompagnée d’une chute brutale des températures en quelques heures, notamment dans le nord du Colorado à Fort Collins/Loveland (-27,8°C en 5 heures 30 minutes le 9 octobre entre 3h30 PM et 9h PM) et à l’aéroport international de Denver dans le nord du Colorado où le thermomètre a perdu 34,4°C en 15 heures entre le 9 octobre (28,3°C à 15h) et le 10 octobre (-6,1°C à 6h) [dont -30,5°C en 10 heures, mais également -35,5°C en 17 heures 30 minutes et -38,9°C en 34 heures].
À cette occasion, Denver a d’ailleurs enregistré sa plus grande variation thermique en 1 jour et en 2 jours pour un mois d’octobre, tout en égalant sa 2e plus grande variation thermique en 2 jours tous mois confondus depuis 1872 !
Le froid a également gagné le sud du pays le 11 octobre, notamment le Texas où la chute des températures a été brutale : -26,6°C en 18 heures 26 minutes à Del Rio, -27,8°C en 20 heures à Austin / Bergstrom International Airport, -28,9°C en 20 heures 45 minutes à Austin / Camp Mabry !

Mais le fait le plus marquant est intervenu en fin de mois avec une troisième invasion d’air polaire par le nord-ouest du pays, avec à la clé un nouveau RECORD MENSUEL DE FROID pour les États-Unis contigus (hors Alaska) et pour 8 États américains !

  • CALIFORNIE : -26,1°C le 29 octobre à Bridgeport (précédent record : -23,3°C le 27/10/1970 à Bodie)
    [* à noter toutefois qu’une station de recherche située à 3801 m d’altitude près du sommet du White Mountain Peak a enregistré une Tmin de -28,9°C le 29/10/1961] ;
  • UTAH : -29,4°C le 30 octobre à Randolph = record mensuel de froid pour l’Utah [hors dolines] (précédent record : -26,7°C le 31/11/1972 à Woodruff)
    -43,4°C
    le 30/10/2019 à Peter Sinks (doline située à 2488 m) = record mensuel de froid à la station (précédent record : -37,2°C en octobre 2002) et nouveau record mensuel national de froid non officiel pour les États-Unis contigus (hors Alaska qui détient toujours le record avec -44,4°C le 31/10/1975 à Clearwater) !
  • WYOMING : -36,7°C le 30 octobre à Daniel Fish Hatchery (2238 m) [-36,1°C le 30 à Rock River] (précédent record : -36,1°C le 29/10/1917 à Soda Butte)
    = RECORD MENSUEL DE FROID POUR LES ÉTATS-UNIS CONTIGUS (hors Alaska ET hors dolines d’altitude) !
  • IDAHO : -27,8°C le 30 octobre à Island Park (précédent record : -26,7°C le 29/11/1917 à Big Springs) ;
  • NEBRASKA : -26,7°C les 30 et 31 octobre à Harrison 9 NE (1228 m) (précédent record : -26,1°C le 28/11/1925 à Hay Springs) ;
  • NEVADA : -26,7°C le 30 octobre à Austin (précédent record : -23,3°C le 27/10/1970 à Mountain City Ranger Station), une valeur d’autant plus remarquable pour cette période de l’année qu’elle n’a pas été mesurée sur un sol enneigé !
  • OKLAHOMA : -17,8°C le 31 octobre à Kenton (1322 m) (précédent record : -14,4°C à Kenton le 30/10/1993) ;
  • TEXAS : -14,4°C le 31 octobre à Stratford 4 WNW (précédent record : -13,3°C le 30/10/1993 à Stratford).

À noter que seuls les mois d’octobre 1925, décembre 1917 et février 1899 comptabilisent un plus grand nombre d’États ayant battu un record mensuel de froid au cours d’un même mois (respectivement 10, 10 et 16 États).

Bien qu’assez modestement médiatisé, cet événement n’est pas pour autant anodin : il ponctue de manière magistrale un mois d’octobre exceptionnellement froid dans le nord-ouest des États-Unis (avec une année 2019 globalement plus froide sur les 10 premiers mois), en particulier dans l’État de l’Idaho qui enregistre son mois d’octobre le plus froid depuis 1895, mais également dans les États de Washington, du Wyoming et de l’Utah (2e rang), du Montana (3e rang), de l’Oregon et du Colorado (4e rang) !
7696 records quotidiens de froid ont été battus ou égalés au cours du mois sur le territoire américain (Tnn et Txn cumulées), contre 4717 records quotidiens de chaleur (Txx et Tnx cumulées), portant le total sur les 10 premiers mois de l’année 2019 à 35512 records quotidiens de froid contre 40246 records quotidiens de chaleur (soit un delta finalement assez faible dans le contexte climatique actuel, qui paraît moins probant encore au regard des anomalies thermiques observées depuis le début de l’année sur le territoire américain [cf. carte ci-contre]).
En fin de mois, de nombreuses stations américaines ont battu leur record mensuel de froid, pulvérisant parfois de plusieurs degrés leur précédent record. Citons deux exemples frappants : Pocatello / Regional Airport (dans l’Idaho) bat de 7,2°C son précédent record depuis le début des mesures en 1939 avec une température minimale de -21,1°C le 30 octobre contre -13,9°C le 31/10/2003 et Daniel Fish Hatchery (dans le Wyoming) pulvérise de 15,6°C son précédent record mensuel de froid depuis le début des mesures en 1989 avec une température minimale record de -36,7°C le 30 octobre [-35,6°C le 31] contre -21,1°C le 30/10/1991 [avant 2019, la température n’étant descendue en dessous de -17°C qu’à 3 reprises en octobre] !!!


jeudi 10 octobre 2019

Fort contraste thermique entre le nord-ouest et le sud-est des États-Unis

De l’air anormalement froid a gagné le nord-ouest des États-Unis à la fin du mois septembre 2019, associé à des chutes de neige exceptionnellement intenses pour la saison du 27 au 30 septembre sur les contreforts orientaux des Rocheuses. Il est tombé notamment jusqu’à 132 cm en un peu plus de 3 jours à Babb (Montana), 49 cm en 2 jours à Great Falls (Montana) le 27-29 septembre (2e plus fort cumul de neige en 2 jours à la station tous mois confondus), dont 45 cm en 24h (record absolu en 24h tous mois confondus depuis le début des mesures à la station).
Dans le Montana, la température est descendue jusqu’à -17,2°C le 1er octobre 2019 à Browning et -12,8°C à Great Falls, où il n’avait jamais fait aussi froid si tôt dans la saison depuis le début des mesures en 1892 (précédent record de froid précoce : -12,2°C le 24/09/1926) !


A contrario, dans une grande moitié sud-est des États-Unis, on a observé un effet de balancier avec une masse d’air anormalement chaude et une puissante advection d’air chaud en direction du nord-est (avec des températures particulièrement élevées jusque dans le sud-est du Canada, avec notamment un nouveau record mensuel de 31,8°C enregistré le 1er octobre à l’aéroport international de Toronto).
Après un mois de septembre exceptionnellement chaud dans le sud des États-Unis (le plus chaud notamment à Austin, Dallas, Memphis, Miami, St Louis…), 80 stations du sud et de l’est du pays ont battu ou égalé leur record de chaleur pour un mois d’octobre (souvent plusieurs jours consécutivement et parfois de plus de 2°C).
Pas moins de 12 ÉTATS AMÉRICAINS + le DISTRICT DE COLUMBIA ont battu ou égalé leur record mensuel de chaleur entre le 1er et le 4 octobre 2019, soit autant qu’en décembre 1998 et mai 1934, mais davantage qu’en février 2018, août 1936, avril 1925 et mai 1911 (9 États à chaque fois). Pour trouver un nombre plus important d’États ayant battu un record mensuel de chaleur au cours d’un même mois, il faut remonter à novembre 1950 qui détient le record absolu (19 États), devant juillet 1936 (17) et mars 1907 (15).

RECORDS MENSUELS DE CHALEUR DANS 12 ÉTATS + le DISTRICT DE COLUMBIA :
  • ALABAMA : 41,1°C le 3 octobre à Manchester (précédent record : 39,4°C le 05/10/1954 à Troy)
    [à noter 40,6°C les 1er, 2 et 3 octobre à Marion / Vaiden Field Airport] ;
  • MARYLAND : 38,3°C le 2 octobre à St Inigoes / Webster NOLF Airport (précédent record : 37,2°C à plusieurs reprises dans différentes stations) ;
  • DELAWARE : 36,7°C le 2 octobre à Wilmington Airport (précédent record : 36,1°C les 05 et 06/10/1941 à Bridgeville) ;
  • DISTRICT DE COLUMBIA : 36,7°C le 2 octobre à Washington DC (précédent record : 35,6°C le 05/10/1941) ;
  • NEW JERSEY : 36,1°C le 2 octobre à Millville / Municial Airport = record mensuel de l’État égalé (36,1°C le 05/10/1941 à Flemington et à Tuckertown) ;
  • NEW YORK : 35,0°C le 2 octobre à La Guardia et à JFK Airports = record mensuel de l’État égalé (35,0°C le 02/10/1927 à Danville) ;
  • MISSISSIPPI : 40,0°C le 3 octobre à Columbus [38,9°C le 2 octobre] (précédent record : 38,3°C le 01/10/2019 à Meridian Regional Airport et à d’autres reprises dans 6 autres stations)
    [à noter 38,9°C les 2 et 3 octobre à Meridian Regional Airport (Key Field)] ;
  • TENNESSEE : 37,8°C les 2 et 3 octobre à Chattanooga / Lovell Airport et le 2 octobre à Dayton (précédent record : 37,2°C à 3 reprises dans différentes stations)
    [à noter 40,0°C le 4 octobre à Woodbury 1 WNW, mais cette valeur paraît suspecte] ;
  • FLORIDE : 38,3°C le 3 octobre à Crestview / Bob Sikes Airport (précédent record : 37,8°C le 01/10/1904 à Molino, les 01 et 02/10/1904 à Orange City) ;
  • CAROLINE DU SUD : 40,6°C* les 3 et 4 octobre à Pelion 0.8 NW [39,4°C le 2 octobre] (précédent record : 39,4°C le 05/10/1954 à Little Mountain) [* valeur néanmoins suspecte qui reste à confirmer] ;
  • KENTUCKY : 39,4°C les 3 et 4 octobre à Nolin River Lake (précédent record : 36,7°C à 3 autres reprises dans différentes stations) ;
  • GÉORGIE : 39,4°C le 4 octobre à Macon / Lewis Wilson Airport = record mensuel de l’État égalé (39,4°C le 05/10/1954 à Louisville) ;
  • VIRGINIE : 38,9°C le 4 octobre à South Boston (précédent record : 38,3°C le 06/10/1941 à Walkerton).

Notons que l’État de Caroline du Nord a également été tout près d’égaler son record mensuel de chaleur avec 38,3°C le 4 octobre à Laurinburg (contre 38,9°C le 06/10/1954 à Albemarle).

Plus globalement, après un mois de septembre 2019 extrêmement chaud à l’échelle mondiale (le plus chaud depuis le début des mesures, devant septembre 2016), ce début de mois d’octobre est marqué par de fortes anomalies thermiques dans l’hémisphère nord : de très nombreux records mensuels de chaleur ont été battus sur des zones géographiques remarquablement étendues, avec une dizaine de records mensuels nationaux battus ou égalés au cours des 4 premiers jours du mois ! (Cf. liste des records mensuels nationaux en 2019)
L’hémisphère nord a notamment enregistré un nouveau record de chaleur pour un mois d’octobre avec 47,6°C le 1er octobre à Al-Wafra, dans le sud du Koweït (précédent record : 47,2°C le 02/10/1980 à Mecca [sud de la Californie, États-Unis]) ! Il s’agit également de la 2e plus haute température jamais enregistrée dans le monde en octobre derrière le record de 48,4°C du 27/10/2015 à Vredendal (Afrique du Sud).
Les plus fortes anomalies thermiques positives ont été observées dans les régions arctiques, en particulier dans le nord du Groenland et l’extrême nord du Nunavut (Canada) où l’on a relevé jusqu’à 4,9°C le 1er octobre à Alert par plus de 82° de latitude N, une valeur située plus de 15°C au dessus des normales, la deuxième plus forte température jamais enregistrée en octobre (derrière les 5,3°C du 18/10/2006).