mardi 31 janvier 2006

Extrêmes climatiques par continent en janvier 2006 (1re partie)

**** Première partie ****

EUROPE (à l'ouest de l'Oural) :
Tn
-46,9°C le 11/01 à Vorkouta (Russie)
-45,5°C le 10/01 à Petchora (Russie)
-45,2°C le 20/01 à Kojnas (Russie) (7 jours avec une Tn <= -40°C du 16 au 22/01, Tx de -42,9°C le 20/01 !)
-45,1°C le 21/01 à Krasnoufimsk (Russie)
-43,9°C le 20/01 à Sura (Russie) (5 jours avec une Tn < -43°C)
-43,5°C le 20/01 à Kittilä-Pokka (Finlande) (-41,3°C le 19/01 et -40,0°C le 21/01)
-42,6°C le 20/01 à Samary (Russie)
-42,3°C le 10/01 à Maresale (Russie) et à Ust-Usa (Russie)
-42,2°C le 19/01 à Zilair (Russie)
-42,0°C le 18/01 à Ust-Cilma (Russie)
-41,7°C le 17/01 à Narjan-Mar (Russie)
-41,6°C le 10/01 à Troïcko-Petchorsk (Russie) et le 20/01 à Cernuska (Russie)
-41,5°C le 20/01 à Ufa (Russie)
-41,0°C le 20/01 à Kirs (Russie)
-40,8°C le 22/01 à Salla Naruska (Finlande) et à Verhnij Ufalej (Russie)
-40,6°C le 20/01 à Vajmat (Suède)
-40,2°C le 22/01 à Kalevala (Russie) et le 20/01 à Kotlas (Russie)
-39,0°C le 26/01 à Karajukica Bunari (Serbie)
-38,8°C le 20/01 à Sodankylä AWS (Finlande)
-38,1°C le 19/01 à Arkhangelsk (Russie)
-37,7°C le 20/01 à Övertorneå (Suède)
-37,3°C le 12/01 à 9h au Funtensee (Allemagne, 1601 m) et le 20/01 à Kvikkjokk-Årrenjarka (Suède)
-36,7°C le 20/01 à Älvsbyn (Suède)
-36,5°C le 20/01 à Vidsel (Suède)
-35,5°C le 20/01 à Ylinenjärvi (Suède)
-35,0°C le 18/01 à Juuka Niemalä (Finlande) et le 15/01 au Glattalp (Suisse, 1858 m)
Tx
+22,2°C le 22/01 à Santa Cruz de Tenerife (îles Canaries, Espagne)
+21,9°C le 05/01 à Paphos (Chypre)
+20,1°C le 18/01 à Valence (Espagne)
RRx
325,0 mm le 31/01 à Sicca d'Erba (Italie, Sardaigne)
259,8 mm le 31/01 à Genna Cresia (Italie, Sardaigne)
217,8 mm le 28/01 à Lodève-Soumont (France, Hérault)
195 mm le 30/01 à Perdasdefogu (Italie, Sardaigne)
189 mm le 28/01 à Poujols (France, Hérault)
180,8 mm le 28/01 à La Quille (France, Hérault)
180 mm le 28/01 à Octon (France, Hérault)
164 mm le 28/01 à St-André-de-Sangonis (France, Hérault)
163,3 mm le 29/01 à Narbonne (France)
144,6 mm le 28/01 au Vigan (France, Gard)
143,9 mm le 30/01 à Åfjord Momyr (Norvège)
141,6 mm le 28/01 au Mont-Aigoual (France)
133,6 mm le 30/01 à Sampolo (France, Corse-du-Sud)
132,4 mm le 29/01 à Molló (Espagne, Catalogne)
130,2 mm le 29/01 à Vivès (France, Pyrénées-Orientales)
123,6 mm le 29/01 à Perpignan-Rivesaltes (France)
120,6 mm le 28/01 à Sablières (France, Ardèche)
114,7 mm le 29/01 à Boí (Espagne, Catalogne, 2540 m)
105 mm le 30/01 à Raguse (Italie, Sardaigne)
103,0 mm le 29/01 à Viladrau (Espagne, Catalogne)
102,0 mm le 27/01 au Castellet (France, Var)
101,5 mm le 31/01 à Otterøy (Norvège)
101,0 mm le 03/01 à Alexandroupolis (Grèce)
99,0 mm le 23/01 à Antalya (Turquie)
94,6 mm le 27/01 à Trets (France, Bouches-du-Rhône)
91,0 mm le 04/01 à Pescara (Italie)
87,4 mm le 31/01 à Hegra (Norvège)
84,0 mm le 28/01 à Roquesteron (France, Alpes-Maritimes)
83,0 mm le 30/01 à Olbia (Italie, Sardaigne)
82,3 mm le 11/01 à Famagusta (Chypre du Nord)
81,6 mm le 27/01 à Hyères-le-Palyvestre (France)
78,0 mm le 24/01 à Las Palmas (îles Canaries, Espagne)
77,2 mm le 29/01 à Carcassonne-Salvaza (France)
75,4 mm le 27/01 à Malaga (Espagne)
70,2 mm le 28/01 à Béziers-Vias (France)


Faits marquants :
• On retiendra bien entendu cette intense vague de froid qui a touché la majeure de partie de l’Europe et la Russie occidentale. Une vague de froid souvent minimisée mais qui a provoqué la mort d’au moins 900 personnes (dont la plus grande partie en Ukraine, en Pologne et en Lettonie).
Janvier 2006 a été globalement froid et sec sur une grande partie de l’Europe. Les températures moyennes mensuelles ont été inférieures de 3°C à 5°C par rapport à la moyenne notamment en Pologne, dans les pays baltes et en Ukraine.
Les pressions anticycloniques ont prédominé sur la Russie occidentale et l’Europe (en particulier dans le centre et l’est), les dépressions atlantiques étant le plus souvent rejetées vers le Nord, entre le Groenland et l’Europe du Nord.
Le froid est resté bien présent dans les basses couches, favorisant les fortes inversions thermiques : à titre d’exemple, on relevait le 14/01 en Autriche une Tn de -16,8°C à Innsbruck (située en fond de vallée à 580 m d’altitude), de -0,8°C à Feuerkugel (à 1621 m) et de -9,0°C au Sonnblick (à 3105 m).
On a assisté également à des fluctuations rapides de température en altitude suivant l’orientation du flux : on peut signaler par exemple cette hausse brutale du mercure au Funtensee (Allemagne, 1601 m) de +13,0°C en 1h le 17/01, lorsque la température est passée de -21,3°C (à 7h) à -8,3°C (à 8h), ou encore cette baisse brutale de -25,1°C en 14h dans la nuit du 22 au 23/01, lorsque la température est passée de -8,9°C le 22/01 (à 19h) à -34,0°C le 23/01 (à 9h).

La vague de froid polaire s’est abattue sur la Russie occidentale à partir du 16/01 (lorsqu’un puissant anticyclone de 1050 hPa s’est positionné au nord de l’Oural) et a touché toute l’Europe les jours suivants (l’Europe occidentale étant la plus épargnée).
L'analyse des cartes synoptiques de surface depuis le début du XXe siècle montre que les conditions aérologiques sur l'Europe de l'Est et la Sibérie occidentale ont été tout à fait exceptionnelles au mois de janvier. Situation exceptionnelle surtout par la persistance de pressions particulièrement élevées.
En effet, au cours de ce mois de janvier, on a observé 13 jours avec des pressions supérieures ou égales à 1050 hPa au coeur de la masse anticyclonique à l'ouest de l'Oural : du 01/01 au 04/01 et surtout du 16/01 au 24/01/2006. À l'ouest de l'Oural, il est extrêmement rare d'observer de telles pressions plus de 9 jours consécutifs (du 16 au 24/01). On peut rappeler que du 09/02 au 20/02/1956 (soit 12 jours), on avait enregistré des pressions supérieures ou égales à 1050 hPa mais principalement dans le nord de l'Oural. Plus récemment, on a également enregistré des pressions de l'ordre de 1050 hPa à l'ouest de l'Oural du 25/01 au 01/02/2005 (soit 9 jours).
Mais il faut surtout souligner que des pressions supérieures ou égales à 1050 hPa jusqu'en Europe de l'Est sont très rares. On retrouve quelques situations comparables, notamment :
- en décembre 1997 avec des pressions de l'ordre de 1050 hPa au coeur d'un anticyclone centré sur la Russie occidentale, mais seulement durant 3 jours (du 15 au 17/12/1997). À cette occasion, on a relevé par exemple en Pologne une pression moyenne de 1050,4 hPa le 16/12/1997 à Siedlce et de 1047,2 hPa à Leba le même jour ;
- au début du mois de janvier 1993 où l'on a relevé en Pologne une pression moyenne de 1051,0 hPa le 03/01/1993 à Siedlce (record à la station depuis au moins 1966) et de 1048,7 hPa à Leba le même jour (record à la station depuis au moins 1966)...
Comme je l’ai déjà évoqué dans un post précédent, on peut faire un parallèle sur le plan de la dynamique aérologique entre les conditions synoptiques observées en Europe et en Russie occidentale à partir du 16/01/2006 et celles observées à partir du 19/01/1907. En effet, à partir du 19/01/1907, un puissant anticyclone s'était déplacé du nord de l'Oural en direction de l'Europe de l'Est ; on avait enregistré des pressions supérieures ou égales à 1050 hPa du 19/01 au 24/01/1907 (soit 6 jours consécutifs) au centre de la masse anticyclonique, dont 4 jours avec des pressions supérieures ou égales à 1060 hPa (cf. la carte du 23/01/1907). De nombreux pays européens avaient enregistré à cette occasion leur record national de haute pression, en particulier : la Finlande avec 1065,7 hPa à Helsinki le 22/01/1907, le Danemark avec 1062,5 hPa à Skagen le 23/01/1907, la Suède avec 1063,7 hPa à Kalmar et à Visby le 23/01, l'Estonie avec 1060,3 hPa à Tallinn le 23/01 ou encore l'Allemagne avec 1057,8 hPa à Berlin-Dahlem le 23/01.
Même si les pressions en janvier 2006 n’ont pas atteint ces valeurs record, elles restent tout à fait remarquables. Le 23/01/2006, on a d’ailleurs relevé des pressions particulièrement élevées (supérieures ou égales à 1050 hPa) dans les pays baltes (notamment en Estonie) et en Pologne (plus de 1051 hPa à Torun, Poznan, Olsztyn ou Kielce), pour atteindre des valeurs encore plus fortes le 24/01 (1052 hPa à Rzeszów et 1053 hPa à Kielce, en Pologne). Dans le sud de la Suède, on a relevé le 23/01 jusqu'à 1048,4 hPa à Ronneby (le record à la station date du 14/02/1999 avec 1049,3 hPa). D'après le DMI, les pressions relevées le même jour au Danemark ont été les plus élevées depuis 20 ans : jusqu'à 1048,6 hPa à 10h dans le SE du pays (cf. cette carte du 23/01/2006 à 10h).
Leba (en Pologne) a enregistré le 23/01 un nouveau record de pression moyenne journalière depuis au moins 1966 avec 1048,8 hPa (précédents records : 1048,7 hPa le 03/01/1993, 1047,4 hPa le 02/01/1993 et 1047,2 hPa le 16/12/1997).
À Siedlce (Pologne), on a relevé le 23/01 une pression moyenne journalière de 1050,2 hPa, soit la 3e plus forte valeur depuis au moins 1966 (records : 1051,0 hPa le 03/01/1993 et 1050,4 hPa le 16/12/1997).
Le 24/01, lorsque la puissante masse d’air froid anticyclonique s'est déplacée davantage vers le sud, on a relevé de fortes pressions en Autriche notamment. À Vienne, la pression moyenne journalière a atteint 1044,6 hPa : il s’agit d’une des plus fortes valeurs relevées à la station depuis 1900, même si on est encore loin des records (1052,1 hPa le 23/01/1907, 1048,6 hPa le 24/01/1907, 1046,4 hPa le 27/01/1932, 1046,3 hPa le 09/01/1929, 1046,0 hPa le 23/12/1963…).

Au cours de cette vague de froid, des températures particulièrement basses ont été relevées dans de nombreux pays, souvent très inférieures aux normales.
La vague de froid est arrivée le 17/01 à Moscou, avec des températures (Tn et Tx) inférieures à -20°C. On a relevé dans la capitale russe jusqu’à -30,8°C le 19/01, soit la température la plus froide depuis le 12/01/1987 (-32,4°C), le record absolu étant de -42°C le 17/01/1940.
À Moscou, on comptabilise 8 jours en janvier avec une Tn inférieure à -20°C et 2 jours avec une Tn inférieure à -30°C.
Moscou vient de connaître son mois de janvier le plus froid depuis 1987 : la température moyenne mensuelle est de -10,7°C (Txm : -8,8°C et Tnm : -12,6°C) contre -17,6°C en janvier 1987. Il s’agit seulement du 43e mois de janvier le plus froid depuis 1881, mais le 6e plus froid depuis 1970.
Les mois de janvier les plus froids depuis 1881 ont été enregistrés en 1893 (-21,7°C) et en 1942 (-20,3°C), janvier 1987 étant placé en 6e position.

Cette vague de froid s’est étendue jusqu’aux rives de la mer Caspienne : on a relevé jusqu'à -29,0°C le 18/01 à Astrakhan. Il faut remonter au 31/01/1974 pour trouver une température inférieure (-29,3°C). Depuis 1881, la température n'avait atteint (ou dépassé) les -29°C qu'à 27 reprises, le record de froid à la station remontant au 02/02/1954 avec -33,0°C.
La vague de froid a touché les pays baltes, la Pologne, la Finlande, la Suède du 19 au 23/01, puis toute l’Europe centrale, la Grèce et la Turquie les jours suivants.
À Arkhangelsk (Russie), on a relevé jusqu’à -38,1°C le 19/01 (Tx de -32,0°C le 17/01) et -27,4°C le 19/01 à St-Petersbourg (Tx de -25,6°C).
En Finlande, on a relevé des températures inférieures ou égales à -40°C dans quelques stations durant 4 jours consécutifs (du 19 au 22/01). La température a chuté jusqu’à -43,5°C le 20/01 à Kittilä-Pokka (après correction du SMHI qui avait annoncé tout d’abord une valeur de -42,6°C). Même si on est encore assez loin du record du 28/01/1999 (-51,5°C à Kittilä-Pokka), il s’agit tout de même de la plus basse température depuis 1999. La dernière fois que la température avait chuté en dessous de -40°C en Finlande remontait seulement au 07/01/2003 avec -41,9°C à Kuusamo Kiutaköngäs.
L’air froid en provenance du nord de l’Oural a fait également chuté brutalement les températures en Suède du 19 au 21/01 : on a relevé jusqu’à -40,6°C le 20/01 à Vajmat et aucune température positive n’a été relevée ce jour-là dans le pays (Tx la plus élevée le 20/01 : -1,2°C à Falsterbo). Toutefois, malgré cet épisode froid, ce mois de janvier a été plus chaud que la moyenne en Suède, ce qui n’est pas le cas pour la plupart des pays européens. En Suède, la température est même montée jusqu’à +10,0°C le 31/01 à Gävle et à +9,7°C à Järvsö (le record national de Tx en janvier étant de +12,4°C le 05/01/1973 à Allgunnen). À plusieurs reprises (notamment les 23 et 26/01), les Tx les plus élevées ont même été enregistrées dans le NW du pays (+8,6°C à Nikkaluokta le 26/01), comme ce fut le cas plus nettement encore en Norvège tout au long de ce mois de janvier (voir plus loin) ; la nuit du 26 au 27/01 a même été la nuit la plus chaude à Nikkaluokta depuis au moins 1951 (+8,2°C).
En Estonie, les températures sont descendues jusqu’à -32,0°C le 20/01 dans l’est et le sud-est du pays, à Tirikoja notamment. De plus, on a relevé le 20/01 jusqu’à -30,2°C à Vaike Maaja, -29,7°C à Narva et -26,9°C à Tallinn.
En Lituanie, on a relevé -28,1°C le 20/01 à Utena Stream et -27,5°C à Vilnius.
En Lettonie, on a relevé -28,8°C à Daugavpils et -27,1°C à Riga le 20/01. À Riga, il s’agit seulement de la 33e plus basse température depuis 1943 (record depuis 1943 : -34,9°C le 01/02/1956).
En Pologne, la température a chuté jusqu’à -35°C. On a relevé également -32,1°C le 23/01 à Sulejow, -32,0°C le 23/01 à Torun, -31,4°C le 24/01 à Zamosc, -30,2°C le 23/01 à Lodz, -30,0°C le 24/01 à Kielce, -27,1°C le 24/01 à Varsovie, -26,8°C le 23/01 à Katowice, -26,4°C le 20/01 à Bialystok et le 23/01 à Poznan.
En Allemagne, on a relevé -23,6°C le 23/01 à Uckermünde (record : -26,9°C le 19/01/1963), -21,0°C à Lichtenhain, -20,2°C à Lindenberg, -18,1°C à Berlin-Tempelhof (Tx de -12,6°C) le même jour, et -13,3°C à Munich le 24/01.
La température est même descendue jusqu’à -33,8°C en Bavière le 25/01.
En Bielorussie, on a relevé -30,7°C à Uricky et -30,1°C à Kokshetay le 20/01, -29,2°C à Irtyshsk le 22/01, -25,3°C à Brest le 20/01. À Minsk, le mercure est descendu jusqu’à -28,6°C le 20/01 : un record pour un 20 janvier (précédent record : -28,0°C le 20/01/1907), mais on est encore loin du record absolu pour cette station (-39,1°C le 17/01/1940).
En Ukraine, les températures ont fortement chuté à partir du 20/01, faisant plusieurs centaines de victimes. On a relevé jusqu’à -26,5°C le 20/01 à Kiev (Tx de -20,6°C), mais également -31,9°C à Ivano-Frankivsk et -29,4°C à Volodymyr le 24/01, et -32,6°C le 25/01 à Remontnoe (108 m).
À Simferopol (péninsule de Crimée), un nouveau record de froid a été établi le 23/01 avec une Tn de -25,2°C. D’ailleurs plus à l’est, et toujours à proximité de la mer Noire, la station russe de Krasnodar a également enregistré un nouveau record de froid avec -33,7°C le 24/01.
En République tchèque, on a relevé jusqu’à -30,3°C le 24/01 à Sumperk (en Moravie du Nord), -26,7°C le 24/01 à Ostrava (Moravie du Nord), -26,1°C le 23/01 à Lysa Hora (1327 m), -25,9°C le 23/01 à Cervena (750 m) et -16,7°C le 23/01 à Prague.
En Slovaquie, la température a chuté jusqu’à -27,5°C à Poprad-Tatry le 24/01 et -17,6°C à Bratislava le 23/01.
En Hongrie, on a enregistré -17,5°C le 23/01 à Debrecen et -15,0°C le 25/01 à Budapest.
Le Danube a même gelé sur plus de 50% de son cours.
En Roumanie, les températures ont fortement chuté à partir du 24/01 : on a relevé jusqu’à -33,3°C le 26/01 à Miercurea Ciuc (662 m), avec des Tn inférieures à -30°C du 25 au 28/01.
À Bucarest, la température est descendue jusqu’à -18,8°C le 24/01. On a relevé également -24,0°C à Omu (2509 m) et -23,7°C à Sibiu (444 m) le 24/01, -19,9°C à Cluj-Napoca le 25/01 et -19,2°C à Craiova le 25/01.
À partir du 24/01, la puissante masse d’air froid anticyclonique a glissé encore vers le sud de l’Europe, pour atteindre les pays balkaniques et la Turquie les jours suivants. Les 25 et 26/01 ont été les journées les plus froides dans les Balkans.
En Bulgarie, le thermomètre est descendu jusqu’à -26,3°C à Mourgash (1692 m) et -21,2°C à Razgrad le 24/01 ; -18,3°C à Sofia et -20,4°C à Vidin le 26/01.
En Slovénie, on a relevé -22,6°C à Murska-Sobota et -19,3°C à Maribor le 25/01.
Le 25/01, un passionné amateur a même relevé -41,7°C dans les Alpes slovènes (au Lepa Komna, 1600 m), mais cette valeur n’a pas été homologuée par les autorités nationales.
Le 26/01, on a relevé en Serbie jusqu’à -31,2°C à Sjenica et surtout -39,0°C à Karajukica Bunari, soit un record de froid absolu pour la République de Serbie.
Le même jour, on a également relevé -17,8°C à Skopje (en Macédoine) et -16,5°C à Sarajevo (en Bosnie).
Le froid a atteint la Grèce le 24/01, avec des chutes de neige à Athènes ce jour-là. La température est descendue jusqu’à -14,6°C à Kastoria les 26 et 27/01, -9,4°C le 28/01 à Alexandroupolis (-9,2°C le 24/01), -8,8°C le 27/01 à Larissa, -8,6°C le 26/01 à Tripolis et -7,8°C à Thessalonique le même jour. À Athènes, on a relevé jusqu’à -2,8°C le 26/01.
La vague de froid a touché la Turquie dès le 23/01/2006, avec de fortes précipitations (99,0 mm le 23/01 à Antalya) le plus souvent neigeuses. Plusieurs centaines de villages ont même été complètement coupés du monde par ces fortes chutes de neige.
À Ankara, la plus basse température a été relevée le 31/01 avec une Tn de -23,2°C.
On a relevé également -27,0°C le 29/01 à Kars (1775 m), -26,0°C le 30/01 à Eskisehir (786 m), -30,1 le 30/01 et -32,2°C le 31/01 à Erzurum (1758 m), soit tout près des records.
Le froid et la neige ont touché également la Géorgie : on a relevé jusqu’à -17,6°C le 22/01 à Pasanauri (1064 m) et -11°C le 29/01 à Tbilissi (Géorgie). En Arménie, la température a chuté jusqu’à -23,9°C le 31/01 à Yerevan et -22,2°C le 30/01 à Amasija (1878 m), avec d’importantes chutes de neige à Yerevan et dans le reste de l’Arménie.

Les températures ont été inférieures aux normales en Europe de l’Ouest, mais de façon moins marquée. La Belgique, par exemple, a enregistré son mois de janvier le plus froid depuis seulement 9 ans, des températures inférieures de 1°C à 2°C par rapport à la normale. Il faut remonter seulement à 1997 pour trouver des températures plus basses. La persistance de pressions élevées tout au long du mois explique les faibles précipitations mensuelles (déficit de 70%), le faible nombre de jours de pluie (9 au lieu de 19 en moyenne) et le fort ensoleillement enregistré en Belgique et dans le Nord de la France. En Belgique, cet ensoleillement dépasse les 90 heures (contre 52 heures en moyenne en janvier), mais le record de 1954 (presque 100 heures) n’est pas battu. Par ailleurs, on a relevé 21 jours de gels à Uccle pour 14 en moyenne.
Si les températures de surface n’ont pas été exceptionnellement basses en Europe de l’Ouest, on a enregistré, en revanche, une température de -86,1°C le 19/01 (après-midi) dans la stratosphère à 21 253 km d'altitude au-dessus de la station de De Bilt (Pays-Bas), égalant ainsi le précédent record du 31 janvier 1999.
On retiendra également quelques épisodes neigeux (en début et en fin de mois) et de fortes pluies (sur les marges de la masse anticyclonique européenne).
En Autriche tout d’abord, on a relevé des hauteurs de neige record le 04/01 :
50 cm à Freistadt (précédent record en janvier 2005 : 42 cm), 72 cm à Allensteig (précédent record en janvier 1987 : 56 cm), 85 cm à Litschau (précédent record en janvier 1987 : 76 cm), 95 cm à Lilienfeld (précédent record en janvier 2000 : 85 cm) et 115 cm à Lunz am See (précédent record en janvier 1963 : 97 cm).
Les chutes de neige ont été abondantes dans le nord des Alpes (dans les Alpes autrichiennes en particulier) au début du mois de janvier : au Zugspitze (2962 m), l’épaisseur du manteau neigeux est d’ailleurs passée de 85 cm le 01/01 au matin à 240 cm le 02/01 dans l’après-midi, la couche étant déjà de 155 cm le 01/01 à minuit.
À noter également d'importantes chutes de neige au Mont-Aigoual (1567 m, France) où il est tombé 72 cm de neige fraîche entre le 06/01 à 0h50 et le 07/01 à 8h40.
D’importantes chutes de neige (associées localement à des pluies verglaçantes) se sont produites également en Bavière (Allemagne) et en Suisse dans la nuit du 17 au 18/01 et durant la journée du 18/01, qui ont causé de nombreux accidents de la route (3 morts en Allemagne). Le 18/01 au matin, on a mesuré 27 cm de neige fraîche dans les montagnes bavaroises et 8 cm à Berlin.
En Suisse, comme l’a signalé MétéoSuisse sur son site, le sud des Alpes a vécu un épisode de fortes chutes de neige du 26 au 28/01. « Les quantités de neige ont été localement exceptionnelles. Il faut remonter à 1986 pour retrouver un événement similaire. Si les quantités les plus importantes sont tombées sur le Mendrisiotto, c'est sur tout le Tessin (à l'exception de la Levantine et le Val di Blenio) et la Mesolcina que les quantités de neige ont été remarquables. Dans les zones les plus touchées, 45 à 65 litres d'eau par m2 sont tombés en 36 heures, ce qui s'est traduit par une couche de neige de 60 à 90 cm.
Que l'on considère le cumul de neige tombée du 26 au 27/01 ou uniquement la quantité tombée le 27/01, cela correspond pour la région du Sottoceneri à la neige la plus conséquente de ces 100 dernières années. Pour le Tessin central, ces quantités se situent au 5e rang des événements les plus importants et ont une période de retour de 15 à 20 ans.
À 7 heures le 28/01 matin, on a mesuré 67 cm de neige à Lugano et 58 cm à Locarno-Monti [mais également 78 cm à Grono (dans le canton de Grisons, dont 52 cm tombés en 24h)]. A titre indicatif, voici les dates des événements les plus marquants liés à la neige durant ces 50 dernières années, avec les quantités de neige mesurées à Locarno-Monti : 1er février 1986 (65 cm) ; 17 janvier 1985 (81 cm) ; 12 février 1978 (69 cm), 29 janvier 1978 (85 cm), 13 janvier 1978 (52 cm), 12 janvier 1977 (54 cm), 28 décembre 1970 (51 cm) et le 12 février 1960 (50 cm).
En montagne les quantités tombées durant ces trois jours sont de l'ordre de 80 à 90 cm, touchant principalement la région du Simplon et du Gottard. Ces précipitations ont clairement augmenté le danger d'avalanche.
Outre les quantités enregistrées, la faible densité de la neige tombée est également une particularité de l'événement. Lorsque les précipitations ont débuté, la neige, particulièrement légère, avait une densité d'environ 40 kg/m3. Vers la fin de l'épisode neigeux, la densité de la neige était de l'ordre de 75 et 90 kg/m3. À titre comparatif, la densité de la neige lors des événements marquants des années précédentes était comprise entre 150 et 200 kg/m3. Une neige si légère à basse altitude est possible avec des températures très nettement au-dessous de 0 degré, ce qui était le cas lorsque les précipitations ont débuté. En conséquence même si les précipitations étaient modérées (en tenant compte de l'équivalent en litre d'eau par m2), l'épaisseur de la couche de neige a augmenté très rapidement. »
La France a été relativement épargnée par la vague de froid qui a touché l’Europe. On a même observé une véritable invasion de Pinsons du Nord dans le Béarn vers la fin du mois : 1 à 3 millions d’oiseaux, chassés par la vague de froid qui a envahi les pays d’Europe du Nord et d’Europe centrale, et que l’on rencontre généralement en Allemagne en cette période de l'année. Ils ont trouvé dans le Béarn des températures plus clémentes et surtout de la nourriture dans les grandes plaines à maïs situées au nord de Pau. De mémoire d'ornithologue, une invasion d’une telle ampleur n’a pas été observée dans le Béarn depuis une trentaine d’années.
Cette invasion de Pinsons du Nord rappelle celle des Jaseurs boréaux qui avait touché l'Europe de l’Ouest (dont la France) au cours de l'hiver 2004-2005. À titre d’information, on peut signaler qu’une invasion de Jaseurs boréaux a eu lieu en Hongrie et en Autriche au cours du mois de janvier 2006, des oiseaux qui ont fui le nord de la Russie occidentale et son hiver particulièrement rigoureux.
En ce début de mois de février, les effectifs en France (essentiellement en Alsace) sont encore très modestes, avec seulement quelques oiseaux isolés.
Mais en France, on retiendra aussi les importantes chutes de neige qui se sont produites les 27 et 28/01, sur la moitié nord du pays, dans le Massif Central (dans sa partie sud notamment), dans la vallée du Rhône et jusqu’en Provence.
On a relevé jusqu’à 68 cm de neige fraîche à Millau (un record depuis au moins 1964), près de 80 cm à Rodez et jusqu’à 1,15 m à 5 km de Rodez (un record), 33 cm à Albi, 30 cm à Montélimar, 26 cm à Brive, 22 cm à St-Girons, 21 cm à Lyon St-Exupéry (dont 20 cm tombés en 12h), 15 cm dans le centre de Lyon, 20 cm à Orange, 11 cm à Limoges, 10 cm à Carcassonne, 6 cm à Toulouse, 5 cm à Nantes et Rennes, quelques cm à Perpignan et 1 m de neige en 24h le 28/01 au Mont-Aigoual. À titre d’anecdote, il n’est pas tombé un flocon ces jours-là dans le val du Bourget en Savoie (Aix-les-Bains), alors que l’on relevait près de 18 cm de neige à Bourgoin-Jallieu le 27/01 au soir…
Dans le sud de la France, il a surtout fortement plu le 28/01 et les jours suivants. Les départements de l’Aude et de l’Hérault ont été les plus touchés, avec d’importantes inondations. On a relevé dans l’Hérault jusqu’à 217,8 mm le 28/01 à Lodève-Soumont, 180,8 mm à La Quille le même jour, et des cumuls importants en 3 jours dans toute la région.
Ces fortes pluies ont touché ensuite la Corse et surtout la façade est de l’île les 30 et 31/01 : on a relevé notamment 133,6 mm à Sampolo le 30/01, 52,8 mm à Figari et 50,2 mm à Solenzara le 31/01.
Ces intempéries ont touché également l’Italie : des chutes de neige sur Gênes le 26/01 (la neige a tenu sur les plages), avec de fortes rafales de vent ; on a relevé 60 cm de neige le 27/01 en fin de matinée à Monte Poggio (vers 900 m) au-dessus de Savone (Ligurie), et il est tombé jusqu’à 70 cm de neige fraîche en Lombardie le 27/01. De fortes pluies ont touché également la façade orientale de la Sardaigne entre le 30 et le 31/01 : il est tombé 105 mm à Raguse en 24h, 83,0 mm à Olbia, 195 mm à Perdasdefogu. Des pluies exceptionnelles (puisque l’on a relevé des pics d’intensité de plus de 430 mm en 48h sur le versant oriental de la chaîne du Gennargentu et dans la vallée du fleuve Cedrino) qui ont provoqué des inondations dans une région heureusement peu habitée (pas de victimes).
Plus au sud, on a relevé aussi des intensités maximales de près de 200 mm en 24h dans l’est de la Sicile. De fortes pluies également sur l’île de Malte, accompagnées de fortes rafales de vent les 30 et 31/01 (en liaison avec une puissante remontée d’air chaud et humide d’Afrique le 29/01) : d’après le bureau météorologique de l’aéroport international de Malte, janvier 2006 a d’ailleurs été le 2e mois de janvier le plus pluvieux depuis le début des observations en 1923 (il est tombé notamment 61,4 mm en 2 jours, les 08 et 09/01).
Pour terminer ce petit tour d’horizon des faits les plus marquants en Europe de l’Ouest, il faut signaler les chutes de neige en Espagne à la fin du mois (notamment dans la région de Valence et Oviedo les 28 et 29/01, et jusqu’à Cordoue en Andalousie) et surtout au Portugal (dans le centre et le sud du pays le 29/01) ; il a même neigé sur Lisbonne (Portugal) pour la première fois depuis le 2 février 1954 et à Figueira da Foz depuis 50 ans. Des chutes de neige également dans plusieurs villes portugaises (Leiria, Santarém, Évora, Setúbal, Portalegre, Sesimbra, Palmela, Fátima, Pombal, Abrantes, Torres Novas et Ourém) et des températures minimales proches de 0°C dans plusieurs villes). Au Portugal, on a relevé jusqu’à -7,8°C à Penhas Douradas (1388 m) le 28/01, -7,2°C le 28/01 à Bragança (692 m), -2,8°C le 30/01 à Ovar-Maceda (22 m), -1,4°C le 30/01 à Sintra (130 m) ou encore -2,9°C le 31/01 à Viana do Castelo (18m).
Enfin en Espagne, il a fortement plu les 27 et 28/01 en Andalousie (75,4 mm à Malaga, 70 mm à Morón et 51,2 mm à Séville le 27/01) et dans les îles Baléares le 30/01 (63 mm en 24h à Pollença).

• L’autre fait marquant de ce mois de janvier 2006 est l’exceptionnelle douceur en Norvège (en particulier dans sa partie nord) et en Islande au début et à la fin du mois. Une douceur, de fortes précipitations et des vents forts, conséquences directes de puissantes advections d’air chaud et humide en direction du nord qui se sont intensifiées à partir des années 1970 et en particulier depuis les années 1990.
Janvier 2006 a été le 14e mois de janvier le plus chaud en Norvège depuis 1900 (+3,2°C par rapport à la moyenne). Les Tm relevées dans le comté de Troms sont supérieures de 6 à 7°C à la normale ; il s’agit d’ailleurs du 8e mois de janvier le plus chaud depuis 1900 dans les comtés de Troms et de Nordland.
La Tm la plus élevée a été enregistrée à Svinøy Fyr avec +5,6°C (soit +2,6°C par rapport à la normale) et la Tm la plus basse à Karasjok-Latenjarga avec -12,4°C (soit +4,7°C par rapport à la normale). Mais les écarts à la moyenne mensuelle les plus importants ont été relevés dans l’extrême nord de la Norvège : avec une Tm de -2,7°C, Svalbard Lufthavn a enregistré son mois de janvier le plus chaud depuis le début des observations en 1911 (soit 12,6°C au-dessus de la normale / précédent record : -2,9°C en janvier 1937), une température digne d’un mois de mai ; il s’agit de la 2e Tm la plus élevée en hiver (ex-æquo avec décembre 1984), derrière décembre 1938 (-1,2°C).
On a également relevé des Tm particulièrement élevées à Ny-Ålesund (-3,2°C, soit 10,7°C au-dessus de la normale), à Hopen (-1,8°C, soit 12,4°C au-dessus de la normale), à Bjørnøya (+0,3°C, soit +8,4°C par rapport à la normale et le 2e mois de janvier le plus chaud depuis 1920), ou encore à Jan Mayen (-0,2°C, soit 5,5°C au-dessus de la normale et le 3e mois de janvier le plus chaud depuis 1921).
8 stations norvégiennes ont enregistré un nouveau record de Tx pour un mois de janvier :
+6,2°C le 05/01 à Cuovddatmohkki (précédent record depuis 1955 : +5,7°C le 25/01/1992),
+6,2°C le 05/01 à Suolovuopmi (précédent record depuis 1964 : +5,6°C le 25/01/1992),
+6,4°C le 05/01 à Kautokeino (précédent record depuis 1890 : +6,0°C le 30/01/1962),
+6,6°C le 05/01 à Rustefjelbma (précédent record depuis 1951 : +6,5°C le 12/01/1973),
+7,2°C le 05/01 à Karasjok (précédent record depuis 1877 : +6,6°C le 06/01/1941),
+7,3°C le 05/01 à Slettnes Fyr (précédent record depuis 1928 : +7,0°C le 24/01/1992),
+7,3°C le 06/01 à Vardø (précédent record depuis 1867 : +5,9°C le 12/01/1973),
+9,4°C le 25/01 à Jan Mayen (précédent record depuis 1922 : +7,7°C le 27/01/1992), où la température est montée également jusqu’à +7,2°C le 26/01...
En Norvège, il a même fait plus chaud dans le nord que dans le sud du pays durant 2 jours consécutifs, les 05 et 06/01. Durant ces 2 jours, des températures exceptionnellement élevées ont été relevées dans l'extrême nord de l'Europe, en Laponie (Norvège, Suède et Finlande) :
jusqu'à +9,6 à Alta Lufthavn (Finnmark) le 05/01 et +9,3°C le 06/01 (Tn +1,2°C et +1,3°C !),
+4,2°C à Bjørnøya le 06/01, +7,3°C à Vardø le 06/01 (+6,1°C les 05 et 07/01, avec une Tn de +4,5°C le 06/01 !)
La nuit du 05 au 06/01 a même été la plus chaude dans l'extrême nord de l'Europe depuis au moins 1867 (à Vardø en particulier) !
La température est montée jusqu'à +5,7°C à Svalbard Lufthavn le 06/01, soit la 2e plus haute Tx en janvier depuis le début des observations en 1957 (record en janvier : +6,7°C en janvier 1996).
À Bjørnøya, on a relevé des Tx supérieures ou égales à +4,3°C du 13 au 17/01, et le record en janvier (+5,3°C en janvier 1937) a même été égalé à 2 reprises, les 14 et 16/01 !
Les nuits en Norvège (en particulier dans sa partie septentrionale) ont été exceptionnellement douces en janvier, sous l’effet de vents de secteur S à SW et amplifiées localement par des effets de foehn : 38 stations ont connu des températures nocturnes supérieures à 5°C le 10/01, jusqu’à +10,5°C à Tafjord à 7h.
De brutales fluctuations thermiques ont également été enregistrées en Norvège : on peut signaler par exemple une hausse de +13,2°C en 6h à la station d’Oppdal-Sæter (au centre de la Norvège), la température étant passée de -10,9°C à +2,3°C le 07/01 entre 13h et 19h.

De fortes précipitations ont également été enregistrées en Norvège, sur les versants les plus exposés aux puissantes advections d’air chaud et humide, surtout dans la partie nord du pays.
On a relevé notamment un cumul mensuel de 126,4 mm à Ny-Ålesund (soit 395% de la normale).
Un trentaine de stations norvégiennes ont enregistré un nouveau record de précipitations en 24h pour un mois de janvier ; on peut citer, entre autres :
143,9 mm le 31/01 à Åfjord Momyr (précédent record depuis 1900 : 106,0 mm le 03/01/1909), où il est tombé également 361,4 mm en 4 jours (du 29/01 au 01/02), la normale en janvier étant de 175 mm ; ces fortes précipitations qui se sont abattues sur la région de Trøndelag le 31/01 ont d’ailleurs provoqué d’importantes inondations, notamment dans la petite ville de Flatanger ;
87,4 mm le 31/01 à Hegra (précédent record depuis 1944 : 58,7 mm le 15/01/1961) ;
84,6 mm le 11/01 à Fedafjorden (précédent record depuis 1939 : 81,3 mm le 23/01/1960) ;
81,9 mm le 30/01 à Namdalseid (précédent record depuis le début des observations en 1895 : 57,3 mm le 28/01/1932).
34,0 mm le 16/01 à Ny-Ålesund (précédent record depuis 1969 : 33,7 mm le 08/01/2002) ;

Enfin, plusieurs forts coups de vent en Norvège et en Suède, en particulier du 11 au 13/01, du 19 au 21/01, les 25 et 26/01, et les 30 et 31/01.
Parmi les plus fortes rafales, on peut signaler :
- des rafales jusqu’à 45 m/s dans le nord de la Norvège le 19/01 qui ont provoqué des dégâts sur la végétation, les maisons et le réseau électrique, notamment à Hammerfest et Tromsø ;
- des rafales en Suède de 44 m/s à Stekenjokk et de 43 m/s à Tarfala le 26/01, de 42 m/s à Sylarna le 20/01, de 38 m/s à Sylarna le 19/01 et de 35 m/s à Tarfala le 20/01 ;
- des rafales en Norvège jusqu’à 30,7 m/s à Svinøy Fyr le 11/01, 29,3 m/s à Myken les 11 et 12/01,
26,8 m/s à Bodø le 12/01, 24,2 m/s à Ny-Ålesund le 13/01, 23,7 m/s à Jan Mayen le 13/01, 23,7 m/s à Svalbard Lufthavn le 13/01 ou encore 23,1 m/s à Bjørnøya le 13/01 ;
Le vent a soufflé fort au large des côtes nord-norvégiennes sur une mer souvent démontée.
Un record de hauteur de vagues (houle) a même été enregistré sur plusieurs plates-formes pétrolières norvégiennes : à Norne, la hauteur moyenne des vagues est passée de 5,50 m (le 11/01 à 3h) à 17 m (le 11/01 à 15h), la hauteur maximale des vagues ayant atteint 27,3 m dans ce laps de temps ! On a également mesuré des vagues d’une hauteur de 13,4 m à Heidrun, de 12,6 m à Draugen et de 11,7 m à Polarfront.

Si l’on a enregistré de fortes pressions sur une grande partie de l’Europe continentale, on a relevé parallèlement de basses pressions en Islande au passage des nombreuses dépressions remontant en direction du Nord, entre Groenland et Scandinavie.
À titre d’exemple, on a relevé une pression de 942,7 hPa le 10/01/2006 à 6h à Hveravellir, par vent de secteur SSW et de fortes rafales (40,2 m/s le 22/01 à 18h à Gagnheidi, dans l’Est du pays).
Des températures particulièrement douces ont également été relevées en début et en fin de mois ; on peut signaler notamment :
- des Tx de +14,0°C le 04/01 à Bolungarvik (un record en janvier depuis le début des observations en 1995), +13,4°C à Dalatangi, +10,7°C à Akureyri et +9,5°C à Stykkisholmur ;
- des Tx de +11,0°C le 29/01 à Akureyri et +10,5°C à Dalatangi.
Une violente tempête a frappé également les îles Féroé les 09 et 10/01 : la pression a chuté jusqu’à 945 hPa le 09/01 (record : 930,3 hPa le 11/01/1993 à Vága Floghavn). À Akraberg Fyr, on a enregistré le 09/01 un vent moyen maximum sur 10 mn de 41 m/s et une rafale maxi de 53,5 m/s (192,6 km/h). À Mykines Fyr, on a enregistré un vent moyen maximum de 32 m/s et une rafale maxi de 44 m/s le même jour. Rappelons que le record absolu de vent moyen sur 10 mn pour les îles Féroé est de 50 m/s à Mykines Fyr le 07/03/1997, et le record de la rafale la plus forte de 66,9 m/s (240,8 km/h) le même jour.


AFRIQUE-OCÉAN INDIEN :
Tn
-7,5°C le 18/01 Bou-Saada (Algérie, 461 m)
-7,0°C le 09/01 à Tamanrasset (Algérie, 1378 m)
-5,0°C le 06/01 à Sétif (Algérie)
-4,8°C le 06/01 à Batna (Algérie)
-4,7°C le 18/01 à Tiaret (Algérie)
-2,9°C le 22/01 à Nekhel (Egypte)
-2,7°C le 26/01 à Thala (Tunisie, 1092 m)
-2,5°C le 06/01 à El Golea (Algérie)
-2,4°C le 07/01 à Gafsa (Tunisie)
-1,6°C le 07/01 à Ghadames (Libye)
Tx
+45,1°C le 25/01 à Vioolsdrif (Afrique du Sud) (+44,0°C le 03/01 et +43,6°C le 02/01)
RRx
285,0 mm le 21/01 à Moroni (Comores)
196,0 mm le 23/01 à Vacoas (île Maurice)
131,0 mm le 28/01 à Mahanoro (Madagascar)
129,0 mm le 02/01 à Woodbush (Afrique du Sud) (104,5 mm le 23/01 et 95,0 mm le 15/01)
103,4 mm le 26/01 à Nelspruit (Afrique du Sud)

À noter :
• Une vague de froid a touché l’Afrique du Nord au cours de la première moitié du mois de janvier, mais elle a été de plus faible intensité que celle de janvier 2005.
En Algérie, la température a chuté jusqu’à -7,5°C le 18/01 à Bou-Saada (461 m), -5,0°C le 06/01 à Sétif (1038 m), -2,5°C le 06/01 à El Golea, -0,9°C le 06/01 à In Amenas, -0,9°C le 16/01 à Dar-el-Beida, mais aussi -7,0°C le 09/01 à Tamanrasset (1378 m), ce qui constituerait a priori un nouveau record de froid tous mois confondus pour cette station (précédent record : -6,6°C). À noter aussi une Tn de +3,4°C le 08/01 à Bordj-Badj-Mokthar (398 m) par 21° 33’ de latitude N.
Le mercure est descendu jusqu’à -4,9°C le 31/01 à Midelt (1515 m), -1,8°C le 31/01 à Ouarzazate, -1,2°C les 09 et 12/02 à Fes-Sais (579 m) au Maroc, -2,4°C le 07/01 à Gafsa, -1,6°C le 06/01 à Kebili en Tunisie et jusqu’à -1,6°C le 07/01 à Gadames en Libye.
Il faut aussi signaler que des précipitations importantes ont touché les pays du Magreb. Il a neigé en Algérie au début du mois : dans la Wilaya de Bechar le 07/01, et à Batna, Medea et Khenchela le 08/01. D’importantes précipitations aussi à Bechar les 16 et 17/01 (28 mm).
De fortes pluies également dans le sud du Maroc et en Tunisie à la fin du mois de janvier : il est tombé 52,0 mm le 25/01 à Agadir (Maroc), 33,6 mm le 30/01 à Tunis, 38,2 mm à Siliana et 51,6 mm à Tabarka (Tunisie). Au Maroc, il est tombé entre 10 cm et 1 mètre de neige (sur les reliefs) les 29 et 30/01.
• À noter un record de chaleur mensuel à Khartoum, au Soudan : +41,7°C le 26/01.
• Chaleur étouffante en Ouganda et au Rwanda en fin de mois : on a relevé +35,4°C à Kigali (Rwanda) le 25/01, soit l’une des plus fortes températures relevées à la station.
De fortes précipitations en Afrique du Sud tout au long du mois, mais plus particulièrement le 02/01 et du 21 au 31/01. Plusieurs stations ont battu leur record de précipitations sur 24h pour un mois de janvier, comme Trompsburg avec 87,0 mm le 22/01 (précédent record depuis 1960 : 58,0 mm le 24/01/1999) et Kenhardt avec 70,5 mm le 21/01 (précédent record depuis 1960 : 67,5 mm le 26/01/1974).
La station de Woodbush a enregistré les plus forts cumuls en 24h : 129,0 mm le 02/01, 105,4 mm le 23/01 et 95,0 mm le 15/01. A Nelspruit, il est également tombé 103,4 mm le 26/01.
A noter également de fortes températures au début et à la fin du mois : à Vioolsdrif, la température a dépassé les 42°C à 5 reprises (maxi de +45,1°C le 25/01).
• De fortes précipitations en Namibie au cours de la première semaine de janvier, en particulier à Windhoek (la capitale) où il est tombé 150 mm du 03 au 06/01, dont 64 mm le 05/01. Ces précipitations ont provoqué une crue de la rivière Arebbus et d’importantes inondations dans la capitale.
• Enfin, de fortes pluies orageuses au Zimbabwe les 11 et 12/01 : 100 mm le 11/01 à Kezi (1020 m) et 79 mm le 11/01 à Gokwe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire