mercredi 27 mai 2020

Inversion rapide des anomalies thermiques en Méditerranée orientale

Il y a près d’une semaine seulement, les pays du bassin méditerranéen oriental subissaient une vague de chaleur particulièrement intense sous l’effet d’une puissante remontée d’air chaud et sec en provenance d’Afrique, avec des températures exceptionnellement élevées pour un mois de mai (amplifiées localement par effet de foehn).


Après avoir touché d’abord le sud de l’Italie et surtout la Sicile du 13 au 16 mai 2020 (jusqu’à 40,3°C le 14 à Patti et dans l’agglomération de Palerme sur la côte septentrionale de la Sicile), la chaleur a gagné les Balkans avant de se décaler progressivement vers l’est les jours suivants.
En Albanie, la température a atteint 36,5°C dès le 14 mai à Tirana, établissant un nouveau record mensuel de chaleur pour la capitale albanaise, à 0,7°C du record mensuel national.
En Grèce, le record mensuel national a été battu à deux reprises consécutives : jusqu’à 40,7°C le 15 mai à Sparte et à Kato Tithorea, jusqu’à 41,8°C le 16 mai à Plora (près de Gortyne en Crète) [précédent record : 40,6°C le 13/05/2017 à Argos/Pyrgela et le 13/05/1988 à Astros]. Des températures maximales de plus de 40°C ont été enregistrées en Crète durant 3 jours consécutifs (à Gortyne du 16 au 18 mai). Dans la région d’Athènes, la barre des 40°C a été franchie pour la première fois en mai, avec 40,6°C le 16 mai à Nea Filadelfia (en périphérie nord de la capitale). Sur l’île de Rhodes, la température n’est pas descendue en dessous de 30,1°C le 17 mai à Emponas (il faisait encore 30,7°C à 3h dans la nuit du 16 au 17), ce qui constitue la température minimale (nocturne et sur 24h) la plus élevée jamais enregistrée en Europe au printemps !
La chaleur a touché également l’île de Chypre du 16 au 21 mai, avec des valeurs maximales de plus de 41°C durant 6 jours consécutifs. On a relevé jusqu’à 42,5°C le 17 mai à l’aéroport international de Paphos, 43,1°C à Tymbu/Nicosie et 43,7°C le 19 mai à Athalassa et jusqu’à 44,4°C le même jour à Astromeritis (près de Morphou) qui établit à cette occasion un nouveau record mensuel de chaleur pour l’île de Chypre (partie nord-est de l’île sous occupation turque comprise).
En Turquie, la chaleur a atteint une intensité totalement inédite pour un mois de mai, avec des valeurs maximales supérieures ou égales à 43°C du 16 au 20 mai, et plus de 44°C le 17 mai : 44,2°C à Bayındır et jusqu’à 44,5°C à Tire (région d’Izmir) qui surclasse de 1,7°C le précédent record mensuel national datant seulement de l’an dernier (42,8°C le 30/05/2019 à Kırıkhan) ! De nombreuses stations ont battu ou pulvérisé leur record mensuel de chaleur — comme Antalya avec 43,0°C le 17 mai (soit 4,3°C de plus que les 38,7°C du 26/05/1945) —, parfois même plusieurs jours d’affilée, comme Muğla qui bat son précédent record du 30/05/1932 (36,0°C) à 6 reprises (36,4°C le 15 mai, 39,0°C le 16, 39,3°C le 17, 39,4°C les 18 et 19, 36,2°C le 20) !
Cette intense vague chaleur a touché également d’autres pays du Proche-Orient, en particulier les pays bordant la vallée du Jourdain du 16 au 21. Du côté israélien, la température est montée jusqu’à 47,6°C le 19 mai à Ein Gedi (près de la frontière israélo-jordanienne), soit tout près de la plus haute température enregistrée (de façon fiable) au mois de mai en Israël (48,0°C le 24/05/2019 à Ein Gedi). On a relevé également 47,4°C le 17 mai à Ein Gedi, 47,1°C le même jour dans le kibboutz de Gilgal, 47,5°C le 19 mai à Argaman (47,0°C les 17 et 18). Côté jordanien de la vallée du Jourdain, la température est montée à 46,8°C le 17 mai et 46,7°C le 20 à Ghor El Safi, soit tout près du record mensuel national (47,2°C).

Température maximale (en rouge)
à Khatanga (Russie) du 1er au 27 mai 2020.
© www.pogodaiklimat.ru
Durant toute cette période, de l’air plus froid s’est écoulé en masse au nord de la chaîne du Caucase, du nord-est de l’Europe à la mer Caspienne et l’Asie centrale. Il a même neigé dans la région de Moscou le 21 mai, ainsi qu’à proximité de la frontière biélorusse ! L’étalement et la progression de la masse d’air froid vers l’Asie centrale a favorisé sur son flanc est une puissante remontée d’air chaud en direction du nord de la Sibérie et notamment de la péninsule de Taïmyr. À Khatanga (71°98'N) notamment, la température est montée jusqu’à 25,4°C le 22 mai, pulvérisant ainsi de 5°C le record mensuel de chaleur de la station (20,4°C le 31/05/2011 [début des mesures en 1928]) ! Plus au nord, on a relevé 11,1°C le 21 mai sur l’île Dikson (73°30'N) baignée par la mer de Kara, soit la plus haute température pour un mois de mai à la station depuis le début des mesures en 1936 (précédent record : 10,4°C le 24/05/1941). À noter également que la température a atteint 30,5°C le 24 mai à Yarol’in par 67° de latitude N, une valeur totalement inédite à une telle latitude au mois de mai dans cette région.

À compter des 22 et 23 mai 2020, cet air plus frais a gagné aussi la Méditerranée orientale, faisant chuter brutalement les températures dans les Balkans et au Proche-Orient. Des chutes de neige extrêmement tardives pour la saison se sont même produites sur le relief libanais à partir de 1600 m d’altitude.
Les températures maximales ont chuté de 15 à 20°C en moins de 2 jours. En l’espace de 5 jours, les anomalies thermiques se sont totalement inversées dans les Balkans et au Proche-Orient : la carte du 24 mai (ci-dessus) est en quelque sorte le négatif de celle du 19 mai.
En Grèce par exemple, la température est passée de 30,0°C le 20 mai à 17,1°C le 21 au plus chaud de la journée à Florina (650 m), et de 37,8°C le 20 mai à 21,8°C le 22 à l’aéroport d’Heraklion en Crète.
En Turquie, il ne faisait plus que 25,5°C le 23 mai au plus chaud de la journée à Tire (région d’Izmir), contre 43,0°C le 20 mai et 44,5°C le 17 mai.
À Chypre, la température n’a pas dépassé 25,4°C le 24 mai à Athalassa, alors qu’il y faisait 43,7°C le 19 mai et encore 42,8°C le 21. 
En Israël, on ne relevait par exemple plus que 29,0°C le 24 mai à Argaman, contre 43,0°C le 22.
La baisse des températures a également été significative en Égypte (où l’on a mesuré jusqu’à 47,2°C le 21 mai à Kharga) : on ne relevait plus que 26,6°C le 24 mai à l’aéroport du Caire contre 42,4°C le 21 et 43,3°C le 20, ou encore 24,0°C le 24 mai à l’aéroport d’Alexandrie contre 41,2°C le 20.
Cet air plus frais a gagné aussi les jours suivants le nord de l’Arabie. La baisse des températures s’est fait ressentir jusque dans le sud de l’Irak (36,8°C le 25 mai à l’aéroport international de Bassorah, contre 47,4°C la veille) et au Koweït (48,3°C le 23 mai à Mitribah, contre 37,5°C le 25).

Au fur et à mesure que l’air plus froid a progressé vers l’est, à la fois au nord et au sud du Caucase et des reliefs iraniens, de l’air plus chaud (amplifié localement et régionalement par effet de foehn) est remonté vers le nord en direction des pays d’Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Turkménistan) et le sud de la Sibérie où la température est montée jusqu’à 37,9°C le 26 mai à Kulunda (52°33'N, krai de l’Altaï), à 0,4°C du record mensuel de chaleur pour la Russie asiatique (38,3°C le 26/05/1980 à Slavgorod).
Buzaubaj (Ouzbékistan) a battu à 4 reprises le record mensuel national de chaleur avec 44,3°C le 26 mai, 44,7°C le 27, 44,0°C le 28 puis encore 44,3°C le 31 (précédent record : 43,9°C en mai 1961 à Buzaubaj). Plusieurs stations ont battu à cette occasion leur record mensuel, comme Kungrad avec 43,1°C le 27 mai, Chimbaj avec 42,4°C le 27 mai, 42,2°C le 26 et 41,5°C le 28 (précédent record depuis 1937 : 41,1°C le 23/05/1974), ou encore Jaslyk qui a pulvérisé son précédent record (39,8°C le 27/05/1987) à 6 reprises avec 42,6°C le 26 mai, 42,1°C le 27, 42,0°C le 28, 42,2°C le 29, 43,4°C le 30 et encore 42,3°C le 31 !
Même constat au Kazakhstan où un nouveau record mensuel national a été enregistré le 27 mai avec 43,1°C à Cirik-Rabat et le 30 mai à Sam (précédents records : 42,8°C le 16/05/2001 à Cirik-Rabat et 41,4°C le 21/05/1999 à Kyzylorda). Plusieurs stations ont enregistré un nouveau record mensuel, comme Astana [ou Nur-Sultan] (la capitale) avec 36,1°C le 26 mai (contre 35,7°C le 19/05/1961 [début des mesures en 1881]) ; certaines d’entre elles ont même pulvérisé leur précédent record de plusieurs degrés, comme Sam avec 42,3°C le 26 mai et 43,1°C le 30 (soit 3,1°C de plus que son précédent record relevé en mai 1980).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire