vendredi 8 avril 2011

Séisme du 11 mars 2011 au Japon

Une grosse pensée pour tous les Japonais après ce terrible tremblement de terre qui vient de frapper le nord-est de l'archipel nippon.
Avec une magnitude de 9,0 sur l'échelle Richter, il s'agit du tremblement de terre le plus puissant enregistré au Japon depuis celui qui avait frappé la région de Kanto le 1er septembre 1923 (magnitude 8,3) et fait 141 720 victimes. Pour mémoire, le séisme le plus violent recensé de l'histoire s'est produit le 22 mai 1960 dans la région de Valdivia au Chili, avec une magnitude de 9,5 !

Ce puissant séisme s'est produit au large du Japon, à 24,4 km de profondeur dans l'océan Pacifique, par 38° 322' de latitude N et 142° 369' de longitude E. On a repéré au fond de l'océan une fracture de 500 km de long sur une trentaine de km de large.
On retiendra aussi que la terre a tremblé entre 2 et 3 longues minutes !


Comme on peut le voir sur la figure ci-dessous, le tremblement de terre du 11 mars a été précédé par plusieurs séismes d'une magnitude supérieure à 6 le 9 mars, dont un de 7,2 qui s'est produit un peu plus au nord et qui aurait provoqué un petit tsunami sur la côte nord-est. On peut constater également la quantité importante de répliques qui ont suivi l'événement du 11 mars et leur violence. On imagine dans quel état d'angoisse doivent se trouver les habitants de l'île de Honshu…

Entre le 11 mars (5h46) et le 10/05/2011 (15h26 UTC), on a recensé 1113 tremblements de terre d'une magnitude supérieure à 4,0 sur la côte orientale du Japon.
42 jours après le séisme du 11 mars 2011, la côte est du Japon a enregistré le 21/04/2011 à 13h54 UTC la 1000e réplique d'une magnitude supérieure à 4, soit une moyenne de près de 24 séismes par jour !
Voici le détail :
1 de magnitude 9,0
4 de magnitude supérieure à 7,0
54 de magnitude comprise entre 6,0 et 6,9
415 de magnitude comprise entre 5,0 et 5,9
639 de magnitude comprise entre 4,0 et 4,9.
Il s'agit essentiellement de répliques, mais certains séismes se sont produits plus au sud, à proximité de Tokyo.
On note un regain de l'activité sismique le 22 mars 2011 (2 séismes d'une magnitude 6,6 et 1 de magnitude 6,4 ont été enregistrés en moins de 24 heures), ainsi que le 7 avril 2011 (1 séisme de magnitude 7,1).

À titre de comparaison :
on avait enregistré 380 répliques en 5 jours après le tremblement de terre de Chuetsu du 23/10/2004 (6,8 de magnitude) et surtout 700 répliques en 13 jours après le séisme de Christchurch en Nouvelle-Zélande du 04/09/2010 (7,1 de magnitude).
Toutefois, la magnitude moyenne des répliques a été plus élevée après le séisme du 11 mars dernier au Japon, soulignant encore le caractère exceptionnel de cet événement.



Pour suivre les séismes en direct dans le monde :
http://www.meteo-world.com/seismes/seismes2.php

Sous l'effet de ce tremblement de terre majeur, la Terre a vacillé sur son axe, comme on avait pu l'observer lors du séisme de Sumatra en 2004. L'Institut italien de géographie et de volcanologie a indiqué tout d'abord que l'axe de la rotation de la Terre s'est déplacé de 10 cm. Puis des chercheurs américains de la NASA (Jet Propulsion Laboratory) ont précisé que l'axe de la Terre a été finalement déplacé de 16,5 cm (6,5 inches), soit davantage que lors du séisme du Chili en 2010 (7,11 cm ou 2,8 inches). Ce mouvement est beaucoup plus important que celui qui a suivi le tremblement de terre de Sumatra et probablement juste derrière celui du Chili de 1960. Cependant, pas de panique, la conséquence n'est qu'un raccourcissement de la durée de la journée de quelques millisecondes (1/1000e de seconde) !
Cependant, l'impact des séismes sur l'axe de rotation de la Terre reste inférieur au déplacement provoqué chaque année par les changements naturels de la masse de la Terre (atmosphère et océans), puisque celui-ci atteint en moyenne 39 inches (99 cm).

Un tremblement de terre d'une telle ampleur a été ressenti partout dans le monde. La preuve nous est fournie notamment par les sismographes de l'observatoire de Valentia en Irlande (Eire), qui montrent que l'onde sismique a mis 13 minutes pour se propager jusqu'en Irlande. Sur la figure ci-dessous, on peut constater que le séisme au large du Japon a débuté à 5h 46 mn 23 s. et qu'il a été ressenti en Irlande à 5h 59 mn 8 s. (UTC) :



Nous ne sommes pas à l'abri d'un événement plus important que les sismologues redoutent dans une zone située plus au sud, proche de Tokyo. Cette zone (cercle orange sur la carte ci-dessous), à la limite des plaques tectoniques, n'a pas connu de tremblement de terre important depuis 1940. Le segment de faille qui a rompu à Sendaï a peut-être avancé l'occurrence d'un séisme encore plus puissant au sud. Tout cela n'est pas de très bon augure…



Quelques photos de ce désastre et bien d'autres sur le site :
http://www.boston.com/bigpicture/2011/03/massive_earthquake_hits_japan.html
Vous pouvez aussi constater la situation avant et après le tsunami à partir de clichés satellite sur le site :
http://www.nytimes.com/interactive/2011/03/13/world/asia/satellite-photos-japan-before-and-after-tsunami.html?ref=asia











Une compilation de vidéos impressionnantes :
http://www.youtube.com/watch?v=av1Ieq0q06Q
(durée : 27 minutes 4 secondes)

Ou encore ces 2 vidéos : 
http://www.youtube.com/watch?v=Otur0A31jYE
http://www.youtube.com/watch?v=8vZR0Rq1Rfw&feature=player_embedded

Autre vidéo du tsunami qui a suivi le tremblement de terre au Japon :
http://www.youtube.com/watch?v=t_Sjhx2q5I8
(durée : 9 minutes 52 secondes)

Pour suivre le parcours du nuage radioactif, voici une animation présentée par les services météorologiques norvégiens :
http://www.yr.no/nyheter/1.7562242


Activité sismique en augmentation !

Comme le physicien de renom Michi Kaku l'avait annoncé le 24 février 2011, une série de tremblements de terre d'envergure menacent de façon imminente plusieurs régions du monde. Les séismes majeurs de Sumatra en 2004 et 2005 (9,1-9,3 et 8,6-8,7 de magnitude), du Chili en 2010 (8,8) et du Japon en ce 11 mars 2011 confirment que notre planète est entrée dans une période de forte activité sismique et annoncent de nouveaux tremblements de terre dévastateurs dans les années (voire les mois) à venir. Les régions les plus exposées sont les suivantes :
- la côte ouest de l'Amérique du Nord, en particulier la Colombie-Britannique (Canada) et surtout la Californie (États-Unis) où le "Big One" tant redouté n'est plus très loin de se produire (le nombre de secousses profondes, sous la faille californienne de San Andreas, est en très nette augmentation depuis 2009) : les mégapoles de Los Angeles et San Francisco sont les plus menacées d'une destruction majeure ;
- l'Alaska ;
- le Mexique, en particulier la capitale, Mexico City ;
- l'Équateur ;
- la péninsule du Kamchatka (Russie) ;
- mais également d'autres régions du monde plus proches de nous, comme l'Iran (région de Téhéran) ou la Turquie (région d'Istanbul).

La nature nous aura prévenu…

Les séismes de magnitude supérieure ou égale à 8 depuis 1900.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire