jeudi 2 juin 2011

Deux tornades font 4 morts dans le Massachusetts (États-Unis)

Au Massachusetts, plusieurs tornades ont frappé les villes de Westfield et de Springfield (3e plus grande ville de l'État) le 1er juin 2011 à 16h30 environ. Selon CBS Boston, plusieurs autres villes avoisinantes auraient été touchées par des tornades violentes qui ont balayé l'ouest et le centre de l'État. Des arbres ont été déracinés, des voitures ont été renversées par le vent et des dommages importants ont été occasionnés aux bâtiments. Selon les autorités du Massachusetts, quatre personnes au moins ont été tuées.


Voici une vidéo impressionnante de cette tornade qui a touché le cœur de Springfield et qui a littéralement aspiré l'eau de la Connecticut River.


L'État du Massachussetts est situé dans le NE des États-Unis, dans la région de la Nouvelle-Angleterre, et ne fait donc pas partie de la Tornado Alley. On recense seulement 3 tornades en moyenne par an dans cet État sur la période 1950-1995 et un maximum de 12 tornades en 1958.
Toutefois, même si ce genre de phénomènes est assez rare dans cette région, il faut rappeler que la tornade (F4) qui a frappé le 9 juin 1953 la ville de Worcester et provoqué la mort de 94 personnes (1245 blessés) figure parmi les 25 tornades les plus meurtrières de l'histoire des États-Unis.

Par ailleurs, penser que les tornades ne peuvent pas frapper le cœur des grandes agglomérations est un mythe tenace dans l'inconscient collectif. Il y a simplement moins de probabilités que les agglomérations urbaines soient touchées parce qu'elles couvrent tout simplement moins d'espace que les zones rurales. Toutefois, des études scientifiques ont montré que les conditions climatiques générées par l'urbanisation peuvent constituer un facteur aggravant. Une étude sur la tornade qui a traversé la ville d'Atlanta (Géorgie) dans la soirée du 14 mars 2008 a d'ailleurs révélé un lien étroit entre l'intensité de la tornade et l'effet de l'îlot de chaleur urbain. Comme l'ont démontré de très nombreuses études de topoclimatologie urbaine, les écarts de température entre le centre-ville et les zones rurales environnantes (ou péri-urbaines) sont en moyenne plus importants pendant la nuit, car la ville restitue plus lentement la chaleur diurne emmagasinée, le stockage thermique des matériaux urbains jouant ici un rôle déterminant (phénomène amplifié également par le chauffage domestique encore important au début du printemps). De ce fait, le refroidissement par rayonnement infrarouge s'effectue plus rapidement en milieu rural qu'en ville. L'îlot de chaleur urbain s'intensifie donc très rapidement dès le coucher du soleil. Comme on peut l'observer sur la carte ci-dessous, la tornade s'est intensifiée en traversant à la nuit tombée certains quartiers de la ville d'Atlanta, trouvant là une "réserve de carburant" en air plus chaud.

Publiée par le bureau du Atlanta National Weather Service, cette carte révèle la trajectoire et l'intensité de la tornade
qui a frappé la ville d'Atlanta (Géorgie) le 14 mars 2008. (Crédit : NOAA / NWS)

Rappelons que des tornades ont déjà frappé de grandes villes américaines par le passé, comme Saint-Louis (Missouri) qui a été touchée 4 fois au cours du siècle dernier.

Je vous invite à consulter l'inventaire réalisé par Roger Edwards et Joe Schaefer sur les tornades qui ont touché le centre-ville (downtown) des principales grandes villes américaines et consultable sur le site du Storm Prediction Center.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire