jeudi 31 janvier 2019

Vague de froid majeure en Amérique du Nord

Une masse d’air extrêmement froid s’est positionnée à partir de la mi-janvier 2019 sur le centre-nord du Canada, maintenant des températures anormalement froides durant plus d’une dizaine de jours. Les températures minimales sont descendues en dessous de -40°C dans la plupart des provinces et territoires canadiens, avec des records quotidiens de froid battus dans de nombreuses stations (notamment dans l’Ontario et au Québec).
La température est descendue jusqu’à -48,8°C le 25 janvier à l’aéroport de Shepherd Bay (Nunavut), -48,0°C le 19 à Key Lake (Saskatchewan), -47,7°C le 28 à l’aéroport de Geraldton (Ontario) et -45,8°C le 20 à Bonnard (Québec). Avec le facteur éolien, les températures ressenties sont descendues localement en dessous de -50, voire -60 et jusqu’à -70 à Shepherd Bay (Nunavut) !

© NASA Earth
> Animation du 23 au 29 janvier 2019
À partir du 28 janvier, de l’air arctique s’est écoulé vers le sud en direction du Midwest américain, dans un flux de nord à nord-ouest particulièrement soutenu. Le froid a atteint une intensité localement exceptionnelle, le ressenti glacial étant aggravé par le vent. L’indice de refroidissement éolien* (ou windchill en anglais) a atteint localement des valeurs peu fréquentes [selon la formule de calcul adoptée depuis 2001] : -52,2 le 29 à Grafton et à Munich (Dakota du Nord) et jusqu’à -54,4 le 29 à Ponsford 10N et -53,9 à Flag Island (Minnesota), soit tout près du record de l’État (-57,8 le 22/01/1936 à St. Cloud). L’indice a atteint également -51,1 le 29 à Charles City (Iowa) et le 30 à Menomonie (Wisconsin), mais aussi -50,6 le 30 à Sisseton (Dakota du Sud), tout près là aussi du record pour chacun des trois États cités.
Notons aussi que le windchill a atteint -46,7 le 30 à l’aéroport international O’Hare de Chicago (Illinois), soit la 5e plus basse valeur à la station depuis 1929 et un record depuis janvier 1985 (record absolu de -51,1 le 10/01/1982).
Pour info, la valeur la plus basse jamais observée dans un lieu habité aux États-Unis est de -73,3 le 27/01/1989 à McGrath (Alaska) !


Les plus basses températures sous abri ont été relevées dans les États du Minnesota et du Dakota du Nord les 30 et 31 janvier : jusqu’à -45,0°C les 27 et 28 à Kabetogama (Minnesota), -44,4°C le 30 à Norris Camp (Minnesota), -44,4°C le 31 à Shooks et à Chamberlain (Minnesota) [les -48,8°C relevés le 31 à Cotton (Minnesota) sont vraisemblablement erronés], -43,3°C le 27 à International Falls (Minnesota) et le 30 à Lisbon (Dakota du Nord).
De nombreuses stations ont enregistré des records quotidiens de froid, mais seulement quelques-unes d’entre elles ont battu ou égalé leur record absolu :
  • Moline / Quad City Airport (Illinois) avec -33,9°C le 30 et surtout -36,1°C le 31, qui pulvérise son record absolu de froid depuis 1874 (-33,3°C le 03/02/1996) !
  • Rockford (Illinois) avec -35,0°C le 31, qui pulvérise également son record absolu de froid depuis 1905 (-32,8°C le 10/01/1982) !
  • Cedar Rapids / Municipal Airport (Iowa) avec -34,4°C le 31 (précédent record depuis 1953 : -33,9°C le 15/01/2009) [le record absolu pour la ville de Cedar Rapids étant toujours de -36,1°C en janvier 2009] ;
  • Mather (Wisconsin) avec -41,7°C le 30, qui égale le record du 30/01/1951 (début des mesures en 1903).

Le fait le plus marquant est probablement les températures minimales atteintes dans l’État d’Illinois : on a relevé jusqu’à -37,8°C le 31 à Morrison et -38,9°C le même jour à Mount Carroll, ce qui constituerait un nouveau record de froid pour l’Illinois (précédent record : -37,8°C le 05/01/1999 à Congerville). Il faudra attendre les conclusions de l’enquête menée ultérieurement par le NWS pour savoir si ces données sont valides et si le record de l’État a bel et bien été battu ou égalé.
Notons enfin qu’à l’aéroport international de Chicago (la plus grande ville de l’Illinois et de la région du Midwest) la température est descendue jusqu’à -30,6°C le 30 janvier, soit la plus basse température relevée à la station depuis le record absolu du 20/01/1985 (-32,8°C). Au moins froid de la journée, la température a atteint -23,3°C, soit la 3e plus basse température maximale depuis 1929, à égalité avec celle du 25/01/1897, derrière le record de -23,9°C enregistré les 18/01/1994 et 24/12/1983.
Ces conditions hivernales à Chicago ont également été accentuées par des chutes de neige durant 13 jours consécutifs du 17 au 29 janvier (pour un cumul de 37,3 cm), ce qui n’est arrivé que 5 fois depuis 1884 ; il fallait remonter à l’hiver 1978-1978 (du 26/11 au 8/12/1978) pour trouver un événement similaire, le record absolu étant de 18 jours (du 9 au 23/02/1960).

Image satellite de Chicago sous la neige faisant face au lac Michigan gelé le 31 janvier 2019
(Image prise par le satellite Sentinel-2, traitée par Pierre Markuse)

Le nord des États-Unis (où la vague de froid a fait au moins 21 morts) devrait connaître d’importants écarts de température au cours des jours à venir : une remontée spectaculaire des températures en début de semaine prochaine, avant le retour du grand froid par le nord-ouest (cf. le modèle de prévision Arpège : https://twitter.com/Meteovilles/status/1090879024908374022).

Basculement attendu en 4 jours (entre le 31 janvier et le 4 février 2019) d’une anomalie négative de -15 à -25°C
à une anomalie positive de +10 à +15°C sur le Midwest américain.

________________________
* Cet indice représente la sensation du froid sur la peau, il ne s’agit donc pas d’une température réelle. Il s’exprime donc sans unité.


2 commentaires:

  1. Hello!
    The Cotton, Minnesota reading of -48,9 C on 31 January is reliable. There is another -48,9 C reading on 27 January at the same station, which is erroneous.

    RépondreSupprimer
  2. Hello,
    It doesn't look very reliable. The value at Cotton on 31 January is 10°C lower than the min on 30th, while at Duluth the drop was just 1°C.
    We can’t be sure 100%, sometimes when irradiation is extreme, there are big exploits locally; but in reality I doubt this is the case, since the conditions elsewehere in Minnesota were already extreme and proper for extreme irradiation. How could that place overirradiate by 10-15°C more than an already extreme environment?

    Best regards

    RépondreSupprimer